Sidya Touré président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), était ce Mercredi dans l’émission Oeil de Lynx de la Radio Lynx Fm. Au centre des discussions la gestion du COVID-19 par les autorités guinnennes et le double scrutin du 22 Mars.

Abordant le premier sujet Sidya Touré estime que les mesures adéquates ne sont pas prises. Pour lui ce gouvernement ne fait qu’amuser la galerie:
<<C’est une catastrophe absolue. On a aucune visibilité. Nous sommes là on regarde la télé et nous observons ce qui se passe dans le monde et les pays limitrophes. Dans les pays comme le Mali un pays qui n’a pas encore eu de cas vous avez vu les dispositions qui ont été prises. Il ne suffit pas seulement de fermer l’aéroport, mais comment est ce qu’on informe la population, comment est-ce qu’on s’organise, comment est-ce qu’on dépiste ? Écoutez y a rien de tous ça aujourd’hui en Guinée. Comme d’habitude on commence à bavarder. Il a fallu peut-être la semaine dernière qu’il y’ait ce déclique où on suspect un certain nombre de hauts fonctionnaires porteurs de virus pour qu’on commence à se réveiller. Mais ça part toujours dans tous les sens >>

Parlant du double scrutin cet opposant pense qu’il n’y’a pas eu d’élection en Guinée:
<<l’élection c’est une compétition. Quand vous votez entre vous y’a pas de compétition. Quand vous décidez que vous allez aux élections sans les partis d’opposition, oh y’a pas d’élection. De renchérir ensuite on sait ce qui s’est passé sur le terrain. C’est vous (le gouvernement) qui contrôlez le processus et qui annoncez ces résultats à la soviétique. On considère que ça c’est rien du tout>>. À-t-il banalisé.

S’agissant des violences enregistrées à N’zérékoré cet ancien ministre dit ne pas être étonné car selon lui c’est une récidive << ce n’est pas un fait qui m’étonne. Par des que Alpha a fait ça en 2011 et en 2013. À chaque fois qu’il est complètement désavoué par l’électorat dans cette zone on se permet de lancer des sbires et de créer des conflits ethniques et religieux. C’est dramatique pour notre pays. >> regrette-t-il.

À la question de savoir si la relance du dialogue proposé par la France est-elle possible pour désamorcer la crise, Sidya Touré dit ne pas voir aucun goût de ce dialogue dans la mesure où le gouvernement d’Alpha Condé dira qu’il y’a eu une nouvelle constitution que le FNDC continue à combattre. Le peuple de Guinée n’acceptera pas à t-il réitéré.

Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinée.