Arrêtés au lendemain des événements du 22 mars 2020, à N’Zérékoré, en marge des élections couplées et contestées et déférés à Kankan, 35 des 42 détenus présentés comme des militants du FNDC viennent de bénéficier d’une remise en liberté provisoire ce lundi 28 septembre 2020. Cette remise de liberté sous contrôle judiciaire de ces 35 détenus intervient après plusieurs doléances de la coordination régionale de la Guinée forestière et des recours de remise en liberté introduits par le pouls des avocats auprès du poule des juges d’instruction.

Après cinq (5) mois de détention à la maison centrale de Kankan, plusieurs détenus du FNDC/N’Zérekoré, 35 précisément ont recouvré la liberté provisoire ce lundi. Outre les doléances formulées par la coordination régionale de la Guinée Forestière et le recours déposés par les avocats, ces libérations, c’est aussi pour ramener la paix et la quiétude sociale, que la justice a jugé nécessaire de libérer ces détenus selon Yaya Kairaba Kaba, procureur général près la cour d’appel de Kankan.

Après leur libération, ils seront remis à la disposition de leurs avocats et de la coordination régionale de la Guinée forestière. Le voyage de ces désormais ex détenus pour N’Zerekoré sera négocié avec le syndicat des transporteurs. Leur condition de liberté provisoire leur sera expliquée par le procureur de la république près le tribunal de première instance de N’Zérékoré selon une source proche du dossier. Les cas de 7 détenus qui restent en prison seront prochainement étudiés, a laissé entendre le procureur général Yaya Kaïraba Kaba.

Par Mariame Siré Traoré pour couleurguinee