mardi, novembre 24, 2020
Accueil La plume des experts Gouvernance : Ah, ma Guinée !

Gouvernance : Ah, ma Guinée !

La situation socio-politique de la Guinée de ces dernières années n’offre pas de bon augure. L’avenir ne promet aucun devenir meilleur. Autrement, aucune perspective prometteuse et rassurante. Le pays se voit happé dans un tourbillon de crises en perpétuelle ascension. Pendant que le pays est asphyxié par une infinité de crises: sociale,  politique, et économique qui d’ailleurs sont devenues le quotidien et le commun de son peuple, surgit avec fracas, la crise sanitaire.

Malheureusement, pour ce peuple avili et meurtri, le gouvernement, pour des calculs politiques mesquins et vils, pour un intérêt cupide et égoïste, a priorisé le calendrier politique sur celui des mesures d’urgence sanitaire.

Au lendemain des élections législatives et référendaires, arriva ce qui arriva, l’irréparable  se produisit. Le pays se retrouva sous l’ombre de l’éclipse, une dizaine des morts et des blessés sans oublier les cas de contamination au COVID-19. C’est cela le triste bilan qui a conduit la Guinée à une nouvelle république, élargie à une nouvelle législature. Tout cela vient pour amplifier le calvaire quotidien qui ne cesse de plonger le Guinéen dans un état lamentablement piteux.

Combien de Guinéens sont aujourd’hui privés de trois traditionnels repas journaliers ?

Combien de Guinéens sont privés d’emprunter un taxi juste parce qu’ils ne peuvent pas supporter la charge du transport qui est excessivement cher ?

Combien de Guinéens sont menacés de quitter leurs maisons parce qu’ils n’arrivent plus à remplir leurs obligations contractuelles par manque de travail ?

Combien de Guinéens sont malades, mais incapables ni d’aller à l’hôpital, ni de s’acheter un petit comprimé ?

Combien de couples se sont disloqués parce que l’époux n’arrive plus à assurer la charge familiale ?

Lorsque le peuple de Guinée a crié à gorge déployée pour demander la diminution du prix des produits pétroliers, quelle oreille délicate était là pour les écouter ? Pendant ce temps, qui a levé le petit doigt ou bien ouvert la bouche pour broncher un mot de compassion ? Malgré tout, une bande des crétins continue à réclamer la continuité en faveur d’un régime incapable, morbide et moribond. Dans le seul but de sauvegarder un intérêt clanique, ils sont prêts à demander la continuité en faveur d’un régime qui viole les principes, altère les droits, accentue la misère.

Dommage, la République de Guinée est sur chemin des dérives. Le pays tourne en rond, nous sommes dans un mouvement de rotation circulaire qui revient toujours au point initial. Les mauvais exemples des temps de décadence qui ne méritent ni respect ni estime sont exhumés et brandis comme des trophées de guerre par des insouciants nostalgiques. Pour justifier leurs manœuvres dilatoires, les prédateurs en quête de proie  trouvent tous les superlatifs. Tellement qu’ils sont des rusés fripons, ils font volte-face, ils jouent à la pyromanie sous l’ombre, ils paraissent en pasteur au clair de lune.

D’un côté, ils opposent les uns aux autres, de l’autre, ils les bouillonnent tous dans la même marmite.

Hélas, rares sont ceux qui comprennent cela. Mais, on peut bien comprendre cet  état de fait, car la logique est toute simple. Nous avons le taux d’analphabétisme le plus élevé de la sous-région ouest africaine.

D’où la conséquence du chômage accru des jeunes, cause inéluctable des vices et de la délinquance.

Cette situation lamentable est saisie par les politicards comme une aubaine pour assouvir leurs désirs illicites.

Ils sont nombreux, les politiques mal éclairés, en manque de vision nécessaire, des projets porteurs qui se camouflent derrière l’ethnie, la région ou la religion. C’est une excuse banale, une entreprise criminelle.

Ce qui est ahurissant dans toute cette histoire, c’est lorsqu’on constate que c’est une génération dépassée qui entraîne, traîne dans la boue toutes les autres en compromettant ainsi l’avenir de toute une Nation.

Il ressort d’un constat alarmant que l’avenir de la Nation et celui de son peuple ne les intéressent nullement, plutôt, ils se soucient de leur devenir. Ils ne s’en foutent que la jeune génération soit bien nourrie, bien logée, bien habillée, bien formée ou encore bien soignée.D’ailleurs, ils préfèrent le contraire, car ils sont dans une posture d’entretenir le peuple dans un perpétuel besoin pour qu’il soit facile à duper et candidat potentiel à la corruption.

Combien de Guinéens savent que chaque année, plus de 600 milliards de francs  guinéens se volatilisent dans la corruption ?

Combien de Guinéens savent que la Guinée est le plus grand pays africain demandeur d’asile en Europe notamment en France, en Belgique et en Allemagne ?

Combien de  Guinéens savent que le fonctionnaire guinéen perçoit le plus bas salaire de la sous-région ?

Combien de Guinéens savent que seulement la production annuelle de la bauxite rapporte à la Guinée plus de 400 millions de dollars ?

Combien de Guinéens savent que pour obtenir certains postes dans les  entreprises minières guinéennes il faut être recommandé par un commis de l’Etat ?

Combien de Guinéens savent que la présidence de la république à elle seule reçoit un budget  annuel qui s’élève à  50 millions d’euro ?

Combien de Guinéens savent que les tests de recrutement à la fonction publique ne sont que formels, en réalité il faut être parrainé par un cadre influent de l’Etat ? Alors, il est plus que nécessaire mais impératif pour le peuple de Guinée de prendre conscience. Rester bras croisés et attendre une solution miraculeuse sortir de nulle part, ressort d’une profonde illusion.

Il est d’une expérience que tous les peuples qui se sont affranchis du poids de la domination, de l’oppression et de l’exploitation, ont consenti des efforts énormes pour arriver à des résultats reluisants. Jamais, une horde des criminels ne cédera à sa cruauté sans le moindre effort des victimes !

2020, l’année de tous les enjeux, tous les Guinéens sans aucune considération, de toutes les obédiences doivent se lever pour tourner la page. Pour que le peuple retrouve son salut, il faut disqualifier cette équipe qui a déjà montré ses limites. Pour cela, il faut  faire preuve de courage et d’audace.

Nous ne le faisons pas pour X ou bien, contre Y, nous le faisons pour sauver notre jeune démocratie en gestation.

Il est d’une évidence parfaite que le fatalisme n’apportera qu’une solution stérile aux multiples problèmes qui compromettent gravement l’avenir de cette nation et celui de son peuple.

Aussi longtemps que le peuple continue de laver son affront dans la constante résignation à un destin hypothétique, sa situation répugnante ne bougera d’un iota.

Les jeunes doivent absolument assainir leurs esprits, extirper les intoxications chroniques inculquées par des rusés fripons dont l’unique objectif est de se hisser au sommet de la pyramide.

Les jeunes doivent savoir que l’avenir de la Nation est entre leurs mains, ils ont plus à perdre que n’importe qui, lorsque celui-ci est compromis.

Par Boubacar Pelly Bah

Activiste de la société civile

- Advertisment -

Most Popular

2 Octobre : Des jeunes de la banlieue ont fait la fête !

1958-2020, la République de Guinée a fêté ses 62 ans ce vendredi 2 octobre 2020. Des jeunes membres de plusieurs structures de la société...

Kindia:  Les vendeurs du marché  » Sans loi » bénéficient d’une prolongation .

Après avoir reçu mardi une mission composée d'huissiers de justice, d'agents de l'habitat et d'hommes en uniformes, les détenteurs de boutiques et magasins du...

N’Zérékoré : Le prix du litre de carburant varie entre 12000 fg et 15000fg.

Le carburant se fait rare dans la plus grande agglomération de la région forestière. Les stations sont fermées, faute de carburant. Cette crise s’expliquerait...

Résultats définitifs de la Cour constitutionnelle : Ce que dit la loi selon un juriste !

Quand la Cour constitutionnelle va-t-elle proclamer les résultats définitifs ? La réponse est dans l’article 46 de la Constitution répond un spécialiste du droit....

Recent Comments