Actu

Accueil du président : tout ça pour ça !

single-image

En réponse à la manifestation du front national pour la défense de la constitution, les partisans du troisième mandat ont voulu apporter la réponse du berger à la bergère. Ils n’ont pas lésiné avec les moyens pour la manifestation du 31 octobre. À la fois financiers et logistiques. Tout a été mis en œuvre pour montrer à la face du monde que c’est le peuple de Guinée qui réclame une nouvelle constitution. Donc un troisième mandat.

Les organisateurs ont voulu que cette manifestation soit sans précédent. Elle devait être le référendum voire le plébiscite pour le troisième mandat. Or s’il est indéniable qu’ils ont mobilisé du monde, il est tout aussi indéniable que cette mobilisation n’a pas été à la hauteur et à la dimension des moyens engagés. Loin de là.

Si ce n’est pas la première fois qu’on demande à l’administration, aux écoles et aux hôpitaux de fermer pour un accueil, c’est en revanche la première fois que des militants sont transportés à des centaines de kilomètres pour un tel événement.  C’est aussi pour la première fois qu’un ministre reconnait que cinq milliards été mobilisés pour le besoin de la cause. Lorsque de tels moyens sont déployés pour un accueil celui-ci était censé être un véritable séisme.

Il n’en a rien été. S’il faut reconnaitre que la mobilisation a été forte, il faut aussi reconnaitre qu’elle n’a pas été à la hauteur des espérances des organisateurs. Est-ce la raison pour laquelle celui qui était censé bénéficier des retombées de cette mobilisation a quitté les lieux sans prononcer un seul mot ? Le moins que l’on puisse dire est que le locataire de Sékoutouréya se sent trahi.  Trahi par l’ampleur de la mobilisation. Mais aussi par la sortie frauduleuse de fonds à son nom et pour une cause parfois difficilement avouable.

Désormais la réaction d’Alpha Condé est attendue. Aussi bien sur la fameuse nouvelle constitution que sur la dilapidation de tous ces fonds et pour un tel résultat.

Si le président de la République ne reprend pas l’initiative, la crise actuelle fera trois victimes : la première c’est le peuple de Guinée qui s’est battu plus que n’importe quel autre peuple pour la démocratie et qui voit ses sacrifices s’envoler et s’écrouler comme un château de cartes. La deuxième victime c’est Alpha Condé qui, comme le président Conté, risque d’être empêché par les thuriféraires de connaitre une retraite paisible. En fin la troisième victime de tous ces agissements est bien évidemment le RPG. Si jamais les thuriféraires font un forcing au nom de ce parti, celui-ci deviendra après Alpha ondé ce que le PDG et le PUP sont devenus après la disparition de leur leader.

                                                                                                                          Habib Yembering Diallo

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes