Actu News

AG du Rpg arc en ciel : L’ancien ministre de la sécurité tire à boulets rouges sur la communauté internationale

single-image

Sous la présidence de Dr Sory Sow membre du bureau politique national et candidat sur la liste nationale, l’Assemblée politique du parti RPG arc-en-ciel a été ouverte ce samedi par des bénédictions dites par Elhadj Mamadou Condé, membre du bureau des sages.

Le ministre d’État conseiller à la présidence, Alpha Ibrahima Keira est revenu sur la campagne électorale. Il ressort que le référendum n’est pas nouveau pour le peuple de Guinée et qu’il a accédé à l’indépendance dit-il par voie référendaire en 1958.

Il rappelle que la décision de se doter d’une nouvelle constitution appartient au peuple de Guinée, non aux États-Unis ou à l’Europe. Il a également demandé désormais qu’on sorte des dialogues qui, pour lui, ont plongé le pays dans des situations incalculables. Et pour le cas des élections, il fait comprendre qu’on est libre d’aller ou de ne pas aller aux élections.

« En 1993, le RPG n’a pas participé aux élections. Mais, le RPG n’a pas brûlé les urnes. Le RPG n’a pas brûlé les cartes d’électeurs. Le RPG n’est pas allé ailleurs pour discréditer les valeurs de la République de Guinée » lance-t-il.

Il ajoute d’ailleurs que des migrants en quêtes de cartes de séjour en Europe accusent la situation politique actuelle du pays, tout en l’amplifiant, pour entrer en possession de ces cartes.

Cet ancien ministre de la sécurité demande aux représentants de l’Union Européenne en Guinée d’adresser leurs réflexions à qui de droit en Europe pour rétablir la vérité. Sinon dit-il, ils accuseront ces représentants d’être polices de l’opposition. Et Comme ça, dit-il, les responsabilités seront prises.

À l’attaque du deuxième point inscrit à d’ordre du jour, l’ancien maire de Kankan Bangaly Camara a incité les citoyens militants du parti à aller récupérer leurs cartes d’électeurs et à identifier les différents bureaux de vote. Avec fermeté, il déclare que si des responsables des quartiers empêchent que des cartes soient distribuer dans leurs arrondissements, de vite donner l’information afin que des mesures soient prises.

Il affirme aussi que des députés Européens n’ont pas le droit de prendre des décisions ou donner des sanctions sur la Guinée. À cet effet, il affirme qu’il n’y a aucun rapport qui existe entre des députés Européens et l’État Guinéen. Mais plutôt entre un président Européen et l’État Guinéen.

Au terme de son intervention il signale que l’expression « On va empêcher » utilisées par les responsables du FNDC sont en violation de la Constitution. Pour lui le terme  » Empêcher  » est synonyme de violence et qu’il est anticonstitutionnel.

                                                                                              Par Mamadou Sanoussy Diallo pour couleurguinee

 

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes