Nous vous livrons ci-dessous l’intégralité du discours de Bourema Condé relative à l’appel du Fndc pour ce 20 juillet. Discours lu à la télévision nationale.

Mesdames et messieurs

Chers concitoyens

Depuis quelques jours, je dirais quelques semaines, les oreilles sont sans cesse rabattues avec des propos de plus en plus incendiaires, les uns que les autres. Ces propos qui, du reste, sont loin d’être à leurs premières éditions et de particulier cette fois-ci que les auteurs dans la dénégation de l’ordre public ont clamé haut et fort qu’ils n’ont besoin d’aucune autorisation

Deuxièmement qu’ils ne déclinent d’itinéraire à personne.

Troisièmement, ils commencent et finissent quand ils veulent et où ils veulent. Pire, l’un des leaders de l’opposition du FNDC part jusqu’à faire de tous les manifestants des sacrifices «  Considérons nous tous comme des sacrifices »  a-t-il dit. Sacrifice de qui? Sacrifice de quoi? Sacrifice pourquoi ? La dessus, il est resté muet comme une carpe.

 

En effet la loi L009 de notre Assemblée nationale portant maintien de l’ordre public réquisitionne, sur  ordre l’autorité civile,  la force publique en cas de réticence dans l’observation de la loi par des moyens conventionnels.

Deuxièmement,  la gestion administrative,  judiciaire et des manifestations : défilé, attroupement et cortège,  élucide suffisamment et clairement les conditions d’organisation d’une manifestation ou d’une marche. A date, sur toute l’étendue du territoire national, aucune autorité administrative ou élective n’a donné la moindre autorisation. Ce qui de facto signe l’interdiction formelle des marches et aux manifestations sur toute l’étendue du territoire national.

Mieux, la pandémie du COVID-19 que le monde vit depuis des mois a amenée tous les gouvernements de tous les Etats à des restrictions de liberté publique et individuelle dont notamment les attroupements et le respect des mesures barrières de sécurité sanitaire. Notre pays, par un décret du président de la République, rendu public le 30 mars 2020 a été engagé dans la même dynamique.

Sur ce plan, la violation au-delà de sa dangerosité moral expose, on le voit bien, la santé de nos citoyens a des risques majeurs et c’est dans ce cadre que les forces de maintien de l’ordre, sur toute l’étendue du territoire national, sont à présent réquisitionnés pour barrer la route à tous les fauteurs de troubles par l’usage des moyens seulement et seulement conventionnels, je souligne le mot conventionnels.

J’en appelle donc à mesdames et Monsieur les gouverneurs de région.

J’en appelle à mesdames et messieurs les Préfets.

J’en appelle à mesdames et messieurs le sous-préfet.

J’en appelle enfin à mesdames et messieurs les maires des communes rurales et des communes urbaines pour que ce message d’interdiction soit suivi à la lettre dans chacune de leur circonscription et collectivité.

C’est le message du gouvernement. Tous ensemble guinéens et guinéennes, préservons la paix, l’unité nationale et la quiétude sociale.

Je vous remercie.

                                                                                                                                                                 Propos transcrits par  Aissatou Diallo pour couleurguinee