La campagne électorale s’annonce sous fond de tensions et de crise. Après qu’un militant du parti UFDG a été poignardé à Kankan le bastion du pouvoir la semaine dernière, hier  sorti d’un meeting au stade El Hadj Saifoulaye Diallo de Labé dans le cadre de la campagne électorale, le cortège du premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et sa suite ont essuyé des jets de pierres selon des témoignages

Naby Moussa Kiridi Bangoura, le ministre d’Etat, Secrétaire général à la Présidence de la République a condamné ce qui s’est passé à Labé. Il accuse le parti UFDG de l’avoir commandité.

« Nous sommes choqués, qu’il soit devenu difficile dans certaines parties du pays, à cause de l’engagement militant ou particulier, que l’exercice des libertés publiques du droits à faire campagne soit perturbé. Nous sommes d’autant plus choqués que notre direction de campagne de Labé a demandé régulièrement toutes les autorisations administratives requises pour tenir ce meeting.  Nous regrettons que le parti UFDG choisisse cette méthode pour mener campagne. On ne peut pas mener cette campagne par l’intimidation » entonne-t-il

Et il persiste et signe : « C’est l’UFDG parce que sincèrement à la date d’aujourd’hui nous savons très bien qu’à Labé, si les dirigeants de l’UFDG avaient décidé de ne pas faire cela, cela ne serait pas fait. Ils auraient pu tenir leur troupe » a-t-il accusé dans l’émission « On refait le monde » de Djoma Fm.

Il a aussi adressé un message aux militants du RPG-AEC

« On appelle nos militants au calme, au respect de la liberté d’autrui et à l’affirmation de leurs convictions en se préparant à voter massivement pour le professeur Alpha Condé le 18 octobre » lance-t-il

Labé devait suivre le mot d’ordre de la manifestation du FNDC hier mardi. Le front anti-troisième mandat demandait une marche pacifique pour exiger le départ du président Alpha Condé. Une marche qui a été annulée à la dernière minute. Des responsables du FNDC notamment de l’UFDG ont justifié cette annulation pour éviter justement des risques d’affrontements avec les militants du RPG. Kiridi Bangoura a sa perception de cette chose

« Dans ce cas, nous attendons de nos amis de l’UFDG de prendre position clairement par une déclaration formelle pour condamner ce genre de tentative d’empêchement » exige-t-il

Sur le cas du militant de l’UFDG à Kankan, ce responsable de la mouvance est mesuré.

« Ce qui s’est passé à Kankan, les autorités ont ouvert une enquête pour essayer de vérifier si c’est une contradiction ou autre. Chaque fois qu’on touchera à la sécurité physique à la liberté d’un Guinéen que ça soit à Kankan à Yomou, à Conakry… nous nous indignons » a-t-il promis

             Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info