Les malades de coronavirus admis à l’hôpital Donka se plaignent de la lassitude des médecins envers eux et du désordre dans leur travail. Saïkou Oumar Barry, médecin à Donka est l’un de ces patients « Il y a trop de légèreté ici, par exemple on a eu des cas ici. Un de nos voisins avait des problèmes, quand vous descendez pour les appeler ils peuvent faire deux heures sans être là. Et une fois arrivés, le suivi n’est pas bien fait. Il y a deux catégories de patients : Ceux qui ont des problèmes respiratoires qui ont besoin des soins intensifs sont au premier étage et ceux qui ont des petits signes aux deuxièmes et troisièmes étages.

Quant à l’équipe de garde, si elle vient, elle monte une seule fois dans les salles et prend quelques paramètres et demande s’il n’y a pas de problèmes et elle redescend, là aussi sauf le lendemain matin pour qu’elle revienne. Normalement, l’équipe là doit venir vérifier le matin pour pouvoir communiquer les derniers résultats à l’équipe de la journée. Donc c’est ce qui fait que quand l’équipe de la journée aussi vient elle est obligée de reprendre les paramètres du jour à zéro. Au fait, il ya un manque de liaison entre les équipes de travail ; il n’y a pas de planification » Dénonce ce patient

Parlant des résultats des tests « Moi je suis là aujourd’hui, ça fait 16 jours j’ai même dépassé le cadre de la maladie qui est normalement 14 jours, mais jusqu’à présent rien.  J’ai été prélevé 3 fois, mais toujours aucun résultat et je ne suis pas la seule on est nombreux dans ce contexte. Alors qu’on ne peut pas rentrer à la maison sans les résultats. Dans ma famille, il y a deux qui ont fait leur test mais eux aussi jusqu’à présent rien. Mais qui sait si les résultats qu’ils nous donnent sont vraiment réels ?

Pour ce qui est du problème de manger, çà commence à s’améliorer bien que l’entreprise Halima ne gère plus, mais les autorités, ils ne se débrouillent pas mal. Sur ce plan, il est appréciable, ce qu’ils envoient ces deux jours là c’est pas mal. Nous les patients nous ne pouvons pas jeûner » revele cette dame.

Saikou Oumar lance un appel « Je demande humblement aux autorités de prendre en charge les malades, de nous aider à récupérer nos tests à temps et si elles n’ont rien à donner, qu’elles nous laissent rentrer à la maison parce que les familles s’inquiètent surtout quand elles entendent chaque jour çà ne fait qu’augmenter » A lancé ce médecin malade

Il faut rappeler que de nouveaux tests de dépistages rapides, genre ‘’tu fais le test, tu récupères les résultats sur place’’ sont disponibles ici en Guinée ; mais jusqu’à présent ils n’ont pas été utilisés pour la simple raison qu’ils vérifient d’abord leur authenticité et les autorités sanitaires accusent les labos à chaque fois qu’il y a un retard de résultat.

Par Aïssatou Diallo pour couleurguinee.info