At the gas station.

Face à une crise sanitaire qui paralyse le monde entier, les marchés du pétrole continuent de plonger. Le prix du baril est à son plus bas niveau.

Face à cette baisse du baril sur le plan international, les citoyens de la capitale Conakry  souhaitent  la baisse du prix du litre à la pompe.

Abdoul Bah rencontré au rond-point de la cimenterie est de ceux-ci.

« Vu la baisse du prix du baril à l’international, nous demandons au gouvernement de faire la même chose dans notre pays. L’ETAT doit penser  à la souffrance de la population au bas peuple, en diminuant le prix du litre du carburant » dit-il

Amadou Sylla syndicaliste officiant sur le tronçon Cosa -Tannerie abonde dans le même sens. « Nous demandons au gouvernement  d’avoir pitié du bas peuple. Parce que  depuis qu’ils annoncent un devant et deux derrière, nous n’avons plus des clients. Les gens préfèrent marcher » dit-il.

Les avis de ces deux citoyens sont représentatifs de ceux de la majorité des Guinéens. Mais, en dépit de la crise économique favorisée par coronavirus, les autorités guinéennes campent pour l’instant sur  9000 francs le litre.

Par Mamadou Yaya Bah pour couleurguinee.