De Ansoumania à la Cimenterie, des quartiers relevant de la Préfecture de Dubreka, de nombreux citoyens se disent victimes d’actes d’arnaques perpétrés par des agents chargés de faire respecter le couvre-feu en vigueur de 21 heures à  5 heures du matin. Mamadou Bailo Sow est tombé hier nuit dans leur piège tendu. Il était 21h40, il rentrait chez lui. Il a été appréhendé par des agents qui l’ont embarqué dans leur fourgonnette.

« Ils nous ont conduits à leur base à la gendarmerie numéro 16 de Samatran. Ils nous ont déshabillés. Puis, ils nous ont dépouillés de tout ce qu’on avait comme argent. Moi personnellement, ils m’ont retiré 200000 francs guinéens à peu près avec nos téléphones et d’autres objets » explique-t-il.

C’est ainsi qu’ils ont fait sortir ceux qui ont payé entre 200.000 et 500.000 francs guinéens. On était à peu près 25 personnes dans une cellule surchauffée à bloc par ces temps de coronavirus » se plaint ce monsieur.

Certains ont été gardés dans cette cellule jusqu’au matin.  Au carrefour dit « Washington » à Simbaya, des agents dans une fourgonnette ont aussi arnaqué des usagers (motos et véhicules) vers 21h10 alors qu’ils rentraient chez eux. Ceux qui ont payé ont continué leur chemin. Les billets de banques passaient de mains à mains. Un des agents, apparemment le chef de cette unité de patrouille était celui qui fixait les prix et qui récupérait l’argent

Par Barry Ibrahima pour couleurguinee