Après la décision du barreau de guinée d’attaquer le décret entérinant la désignation de Mamady 3 Kaba devant la Cour Suprême, les témoins se font entendre. A rappeler que c’est le bâtonnier de l’ordre des avocats qui a annoncé la décision à l’issue de la réunion des avocats tenue à huis clos ce lundi, 18 mai 2020. Maître Djibril Kouyaté s’est exprimé à ce sujet « Au cours de la réunion du conseil de l’ordre, notre décision a été d’attaquer devant la chambre administrative de la Cour Suprême, le décret de monsieur le Président de la République qui a nommé monsieur Mamady Kaba 3 commissaire à la CENI ». Maitre Djibril dira que c’est un décret qui viole les droits du barreau parce que le commissaire désigné devrait venir du barreau, c’est un avocat qui devait remplacer feu maître Amadou Salif Kébé. Il poursuit en regrettant que le barreau soit contourné, quelqu’un d’autre de la société civile a été nommé en lieu et place de l’avocat qui devrait être commissaire à la CENI « Déjà, nous avons constitué un collectif d’avocats, qui va exercer le recours pour obtenir l’annulation du décret » a déclaré le bâtonnier.

Dansa Kourouma, dit être serein « Au CNOSC, ce sont des décisions qui ne nous font ni chaud ni froid. Aujourd’hui, le barreau attaque, mais les années passées quand la place a été enlevée à d’autres structures pour donner au barreau tout se passait normalement. Et je précise que le CNOSC est composé de plus de 250 coalitions, dont le barreau. Donc, le barreau n’a pas un droit absolu sur la représentation de la société civile. Au-delà de ça, je suis d’accord, et je suis très clair là déçu, la procédure de remplacement de feu Me Salif Kébé s’est passé conformément à la loi et à la procédure interne au sein de l’organisation. Donc, c’est quand même regrettable qu’une organisation affiliée qui a bénéficié de tous les privilèges possibles se comporte de la sorte. Mais, les hommes passent, les structures restent » A dit le Président du CNOSC confient.

Lansana Kouyaté, président du PEDN qui était l’invité spécial de l’émission les Grandes Gueules de la radio Espace Fm, dit que le décret nommant Mamady 3 Kaba est illégal.

« La loi devrait être notre recours. C’est un décret je crois, qui a désigné Mamady 3 Kaba, comme commissaire à la CENI en remplacement de Me Salif Kébé. Ce décret, n’est pas légal. Parce que je vais rappeler que l’article 11, si j’ai bonne souvenance, de la loi 044 du mois de juillet 2018 portant sur la CENI dit qu’en cas de vacance consécutive à un décès, il est procédé au remplacement dans les mêmes conditions que celles de la désignation du défunt pour le reste du mandat en cours. En clair, Salif Kébé est venu du barreau de Guinée, ce qui fait aucun doute que son remplaçant doit venir du barreau », a-t-il tranché

Qui du barreau et du CNOSC aura raison devant Cour Suprême qui est l’institution autorisée pour les départager ? Attendons de voir !

Par Louda Fogo Baldé pour couleurguinee.info