Ce dimanche19 avril dans les rues de Conakry notamment de Bambéto à Koloma, dans la commune de Ratoma le port du masque était perceptible chez la plupart des citoyens.

Rencontré au marché de Koloma, dame F.S nous dit pourquoi elle porte son masque « Je porte ça juste pour ne pas avoir à faire avec les forces de sécurité. Parce que vous connaissez les exactions qu’elles commettent souvent dans les quartiers de Conakry. Elles ne font pas la différence entre un enfant un jeune et un vieux. Et on leur confie encore cette tâche » a-t-elle dit.

Quant à Alhassane Bah, il porte ce masque pour éviter le Covid-19 « Moi je portais ce cache-nez depuis qu’il (gouvernement) a annoncé l’apparition du coronavirus en Guinée. Parce que si nous observons ce qui se passe ailleurs, nous devons prendre conscience de cette pandémie. Donc¨, je le porte simplement pour éviter la maladie. C’est tout ! » Explique t-il.

Si certains portent ces masques de protection pour des raisons de santé, par contre d’autres les portent parce qu’ils n’ont pas le choix « Moi, je ne vais pas négliger ce port malgré que c’est étouffant. Mais au lieu de payer 30000 francs guinéens, je préfère porter ma bavette car nul n’est au dessus de la loi » Rappelle ce citoyen.

Cet autre jeune I.B  n’a mis son masque de protection que lorsque l’Etat l’a exigé, mais il dénonce un manquement dans l’accompagnement « Dire qu’une bavette coûte à 2500 francs guinéens et fixer une amende en cas de violation, je pense que le mieux serait de distribuer gratuitement ces bavettes à la population. Regardez la Côte d’Ivoire à côté. Eux le gouvernement à pris en charge la population concernant ces bavettes » A-t-il déploré.

Au commissariat urbain de la gendarmerie départementale de Bambéto, situé tout prêt du rond-point du même nom où nous nous sommes rendus ; on a trouvé des réfractaires interpellés. Interrogés, les agents n’ont pas voulu faire de commentaires. « Vous-même vous connaissez que le décret est déjà passé à la RTG. Donc pas de commentaires la dessus » A répondu l’agent. Quand aux détenus ils affirment qu’ils porteront désormais.

Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info