Le préfet de N’Zérékoré a rendu une visite de courtoisie aux victimes de pertes matérielles dues à la tornade qui avait décoiffée plus d’une quinzaine de maisons à  N’Zao, village relevant de la sous-préfecture de Yalenzou, préfecture de N’Zérékoré, dans l’après-midi du mercredi 08 mai 2020.

Lors de sa rencontre avec les victimes et les autorités villageoises et sous-préfectorales, le Préfet Sâa YolarTolno a tenu à rappeler à ces personnes que c’est N’Zérékoré qui retarde le développement de la région forestière :

« Je compatie à votre douleur, nous ferons tout de notre possible pour vous accompagner. Je ne sais pas pourquoi vous aimez vous battre ici à N’Zérékoré? Lors de ces bagarres, il y a des morts, des blessés, des habitations sont brûlées, les lieux de culte sont incendiés. Alors, quand les Blancs apprennent cela, ils vont dire ont devrait travailler d’ici un mois, mais avec ces nouvelles violences on va  se reposer d’abord. En ce moment, ce n’est pas N’Zérékoré  seule qui perd. Les bailleurs qui devraient venir à Guéckedou à Kissidougou, à Beyla, Yomou et Lola ne vont plus venir parce que vous avez lutté ici. Pourquoi vous, vous aimez lutter ici ? Vous êtes trop forts ici. Vous croyez que c’est la force physique qui peut résoudre les problèmes ? S’est interrogé le Préfet Sâa Yolar Tolno.

Il a invité toute la population de la région forestière et celle particulièrement de la préfecture de N’Zérékoré à vivre ensemble, à faire des pactes de non-agression entre toutes les communautés :

« Vous êtes ensemble, vous êtes condamnés à vivre ensemble. Pourquoi ne pas se donner les mains pour le développement de votre localité. Vous pouvez même signer des Pactes pour qu’il n y ai pas d’agressions entre les différentes communautés. Lorsque vous vous levez pour lutter, même les pactes que les anciens ont signé qui devaient être respectés à la lettre, vous les foulez au sol. Je vous demande de vous donner les mains pour la paix, car Nzérékoré est la deuxième grande ville de la Guinée après Conakry »  a conseillé le préfet aux différentes communautés vivant dans la région forestière.

Pour finir, ce commis de l’administration locale a déploré les violences post électorales qui se sont répercutées sur la Guinée forestière :

«  A cause de ces violences, les gens ont quitté N’Zérékoré pour venir se réfugier à Lola. Lorsque j’étais Préfet là-bas, certains même m’ont demandé de leur trouver des parcelles à Lola, on va construire ici nos familles vont rester ici, car à N’Zérékoré lorsqu’il a problème, nos familles sont menacées » rapporte-t-il.

Par Jean François Mamy pour couleurguinee.info