Les révélations de Me Pépé Antoine Lamah avocat et membre du collectif des avocats du Front National pour la Défense de la Constitution créent la sensation. Elles tournent autour de la modification de certaines versions de l’actuelle  Constitution. Et cette sortie inspire des ténors de la mouvance présidentielle.

Ce jeudi, Souleymane Keita membres du bureau politique Nationale du RPG arc-en-ciel et député à l’assemblée nationale s’est livré à une montée de lait à l’égard de cet avocat.

« Quand on est intellectuel et que l’on intervient dans le débat public, il est très important de s’informer suffisamment avant de faire quoi que ce soit. Alors, quand les gens se sont montrés suffisamment hostiles à tout projet de référendum en Guinée, moi je ne suis pas surpris qu’ils sortent des arguments aussi fallacieux qui n’ont rien à voir avec le droit pour accuser le pouvoir d’une certaine falsification. Est-ce qu’on a besoin de falsifier une Constitution ? Mais non!»  Répond-t-il

Ce secrétaire parlementaire reconnaît que la disposition relative à la possibilité des candidatures indépendantes n’est pas prise en compte dans cette constitution. Il estime que cela ne pose aucun problème. « Moi, je serai d’accord avec le magistrat en question lorsqu’il sortait le texte définitif qui est passé à la cour constitutionnelle et à partir duquel il y a eu le vote. Il y a au moins deux, trois moutures de cette constitution là. Si tu n’a pas la bonne version, il faut s’abstenir de faire des déclarations tendancieuses » réplique-t-il.

Pour ce député à l’assemblée nationale, seul la Cour Constitutionnelle est habilitée à affirmer que le texte a été falsifié.

« J’accorderai du crédit lorsque la Cour Constitutionnelle va constater qu’il y a eu effectivement falsifications entre le projet qu’il a soumis et le projet qui a été publié au journal officiel. Mais, si ce n’est pas le cas, vraiment, je ne peux pas prendre en considération les commentaires d’un avocat qui s’est suffisamment illustré du côté du FNDC » indique-t-il

               Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info