Dans un décret lu hier soir sur les ondes des médias d’Etat, le Président Alpha Condé a annoncé l’instauration d’un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin. Cette annonce fait couler beaucoup d’encre et de salive dans les quartiers populeux de Conakry

Ibrahima Diop, habitant du quartier Fofanaya dans la commune de Ratoma n’est pas content de cette décision gouvernementale.

« Depuis que j’ai écouté ce décret hier, je ne suis pas du tout content de cette décision du président. Mon frère, on ne peut pas instaurer un couvre-feu dans un pays comme la Guinée, à chaque fois, il y a des attaques un peu partout dans la capitale et maintenant s’ils instaurent un couvre-feu c’est de donner l’occasion aux malfrats de faire n’importe quoi dans le pays, vraiment je n’approuve pas cette annonce de président. »

Madame Bah Mariam, vendeuse au marché de Cosa dit avoir eu peur quand son mari lui a annoncé ce couvre-feu.

« Moi, je ne comprends pas le français, mais quand mon mari a écouté la radio, il me l’a annoncé, qu’ils ont instauré un couvre-feu,  j’ai eu peur vraiment. Moi, je pensais même qu’ils allaient commencer à tirer partout comme au temps de Dadis Camara, hier, nuit j’ai franchement eu peur. »

Cette dame assise dans sa boutique lance un appel au président : « Je lance cet appel au président de la république. Il faut qu’il annule ce couvre-feu pour prendre d’autres mesures allant dans le sens de la sécurisation de la population contre  ce virus » dit-elle.

                                                                                              Par Mamadou Yaya Bah pour couleurguinee