Le 115 est un numéro mis à la disposition des citoyens guinéens pour appeler pour tout cas de symptômes de coronavirus. Ce centre est situé au quartier général de l’agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS) .Mais, il se trouve que certaines personnes appellent ce numéro pour raconter des choses qui n’ont rien à voir avec coronavirus.

Docteur Ibrahima Bah superviseur du centre d’appel  a donné des explications sur  les appels qu’ils reçoivent

« L’un des rôles de ce centre d’appel, c’est de conseiller le grand public. Il y a des gens qui appellent pour ça et nous leur donnons les orientations qu’il faut sur les symptômes, les modes de transmission et de prévention de la maladie. Il y a d’autres qui appellent pour nous notifier une alerte c’est à dire toute information sur un événement de santé ou une exposition à un danger qui nécessite une investigation tels que les cas suspects, les cas confirmés, les décès communautaires et aussi les rumeurs. Deux cent mille huit cent sept appels sont enregistrés dans l’intervalle du 17 mars, qui est la date de la mise en place du centre  d’appel, au 04 mai 2020, soit 4024 appels par jour et quand vous prenez dans les deux cent mille huit cent sept appels, 3564 appels étaient des alertes soit 1,7%. Parmi ces alertes, nous avons eu 9,9% des alertes validées, 30472 des appels émis par les enfants.

L’une des difficultés rencontrées par le centre, c’est l’usage abusif du service par certains et l’impatience pour d’autres.

Ces gens-là constituent un obstacle au bon fonctionnement de notre travail. Parce que s’ils occupent la ligne, les autres appels ne pourront pas rentrer tant qu’ils ne libèrent pas la ligne.

Cet encadreur lance un appel aux citoyens :

« Ce numéro vert 115, c’est pas un numéro ordinaire, donc il faut accepter d’être un peu patient quand vous appelez. Il faut rappeler qu’entre ces quatre murs, 12 jeunes guinéens travaillent pour recevoir les appels venant de tout le pays. Les principales langues locales et le français sont utilisés pour faciliter les échanges avec les citoyens. Ce qui pourrait aider à renforcer la collaboration des populations dans la lutte contre le Covid-19 » conseille-t-il

Par Aissatou Diallo pour couleurguinee