La situation reste tendue dans la Préfecture de Coyah ce mardi 12 mai 2020. Des citoyens qui en avaient marre des tracasseries policières à Friguiadi, depuis l’installation des barrages pour veiller sur les mesures d’interdiction des entrées et sorties de la capitale, ont fini par craquer. Ils ont croisé le fer avec des hommes en uniforme. Un bilan provisoire fait état d’au moins 4 morts dont une femme.

En colère, plusieurs jeunes sont sortis dans les rues de Coyah entre Friguiadi (secteur situé à au moins 20 kilomètres du centre-ville) et la commune urbaine, pour bloquer la circulation. Ils ont été, tout de suite, dispersés par des agents des forces de l’ordre qui seront ensuite rejoints par des militaires. Selon des témoins sur place, des bérets rouges, munis d’armes, auraient ouvert le feu sur des citoyens. L’hôpital préfectoral de Coyau serait débordé par le nombre de blessés. Des arrestations ont également eu lieu selon des témoins des faits

La tension  est restée vive à Coyah et dans les districts environnants.  Plusieurs sources concordantes nous confirment que plusieurs villageois ont eu l’intention de se joindre au mouvement pour faire lever les barrages qui ne serviraient à rien. Les forces de l’ordre sont accusées d’arnaquer les usagers de la route Coyah-Conakry. A Dubreka aussi, un front similaire a été réprimé dans le sang, selon des témoins. Les autorités guinéennes n’ont pour l’instant pas communiqué sur ce bilan.

                                                                                       Par Mamadou Alimou Diop pour couleurguinee