Cellou Dalein Diallo dit ne pas comprendre la position de la CEDEAO dans la crise guinéenne. Il trouve inacceptable le soutien financier de cette institution sous régionale à la CENI pour l’organisation de la présidentielle du 18 octobre.

« Nous avons déploré l’attitude solidaire de certaines organisations comme la Cedeao qui semble-t-il a opté pour un soutien financier de 700 mille dollars pour l’organisation des élections.  Nous n’avons pas manqué de le signifier à la Cedeao » a dit le numéro 1 du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée

Et ce n’est pas tout. Cellou Dalein Diallo a fait savoir à la Cedeao que cette position parait un peu difficile à comprendre

« Nous avons pris des dispositions pour exprimer notre préoccupation face à cet acte posé par la Cedeao alors qu’elle-même est en train de prendre l’initiative d’un dialogue au terme duquel, on devrait aplanir nos divergences et fixer des conditions dans lesquelles on devrait parvenir à des élections réussies sur la base d’un fichier et d’un chronogramme consensuel »

Il a aussi dit toute sa surprise de voir que la Cedeao accorde plus d’importante à la crise malienne qu’à celle guinéenne.

« Le Mali a bénéficié de plus d’attention que la Guinée. En Guinée, il y a eu près de cent morts, au Mali, on vient de déplorer malheureusement onze morts. Mais, avant qu’il y ait ces morts, la Cedeao avait dépêché une délégation au niveau ministérielle. Pour aider le Mali à sortir de la Crise. L’ampleur des manifestations auxquelles on a eu droit en Guinée, le nombre de victime commandait que la Cedeao réagisse avec plus de promptitude sur la Guinée » se plaint l’opposant

Une mission de la Cedeao initialement attendue à Conakry cette semaine n’est pour l’instant pas arrivée. Toutes ces choses amènent les opposants guinéens à se dire que tout n’est pas clair dans la façon dont l’organisation sous régionale gère la crise guinéenne.

Par Mamady Cherif pour couleurguinee