L’autre facette de la violence humaine, à la guinéenne, s’est exercée dans la soirée du lundi 23 mars sur deux petits garçons du quartier Koloma. Daouda Sow, âgé de 8 ans a eu la main tailladée et Mamadou Bobo Diallo, âgé de 7 ans grièvement blessé au mollet, tous deux accusent des hommes en tenues identifiés par des témoins de la scène. L’acte s’est déroulé tout près de l’école Bill Clinton ont-ils expliqué

«  Ce sont des policiers de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) qui ont agi ainsi. Je les ai vus » a dit un témoin oculaire.

Daouda Sow jouait au ballon lorsqu’il a été blessé. Ce mardi, nous l’avons rencontré et il a expliqué en langue nationale ce qui s’est passé.

« Hier lundi, nous étions en train de jouer au ballon. Les policiers de la CMIS ont fait une descente dans le quartier. Ils étaient en train de pourchasser des jeunes manifestants qui avaient investi la rue. Dès qu’on a vu ça, nous avons commencé à nous enfuir. Malheureusement, j’ai été arrêté avec Mamadou Bobo Diallo. Un policier a déchiré ma main avec le couteau et un autre a blessé mon ami au niveau du mollet. Deux de nos grands frères ont été embarqués dans leurs pick-up. Les policiers étaient nombreux, mais le policier qui a déchiré ma main avait fui » expliqué le petit garçon.

Maladho Diallo tante de Daouda Sow  a donné des informations complémentaires.  « Nous avons appris cette nouvelle alors que nous étions à la maison en train de regarder la télé. L’enfant est rentré à la maison alors que sa main saignait, mais bien avant des voisins l’avaient déjà bandée pour arrêter l’hémorragie » a-t-elle souligné.

Une bombe de gaz lacrymogènes a été jetée dans la maison de cette même famille. Un bébé de 1 ans 6 mois a été blessé au cou par un fragment. Ils ont arrêtés des adolescents et ont demandé 700 mille francs guinéens pour la libération de chacun selon les témoins oculaires

                                                                                 Par Mamadou Alimou Diop pour Couleurguinee