Neuf mois après l’arrivée des wagons du Train Dubreka Express, les habitants de Dubreka n’ont toujours pas vu ce moyen de transport qu’ils recherchent à la loupe. Ils sont souvent en proie à des embouteillages monstres à Kagbelen. Mais, ils doivent encore prendre leur mal en patience. Les négociations avec Russal pour l’utilisation de ses rails par ce train trainent à cause de la pandémie. C’est la justification brandie par Bangaly KEITA, chargé de la communication du ministère des Transports :

« Nous sommes toujours en négociation avec Russal pour que nous puissions avoir un accord avec la société en vue de l’exploitation de cette voie ferrée. Les négociations ont été arrêtées en raison de la pandémie de Coronavirus. Donc, nous attendons que la crise soit derrière nous pour reprendre les négociations »

Pourtant, la mise en circulation de ce train pourrait aider davantage les citoyens dans leur déplacement. D’aucuns estiment que l’État devrait obtenir d’abord l’accord de Russal pour les rails avant d’importer les locomotives: « Non. Je ne suis pas sûr que ça soit le bon agenda. C’est qu’il fallait d’abord avoir le train et entamer les négociations maintenant » rétorque Bangaly Keita.

Au cas où les Russes refusent de donner leur accord pour l’utilisation de leur voie ferrée l’achat de ces wagons ne serait-il pas un gâchis pour l’État guinéen?

« Nous pensons que ces négociations avec Russal vont aboutir. Ce n’est pas un gâchis. C’est un train qui va contribuer à renforcer les mobilités de Conakry et de sa périphérie », répond le chargé de communication du ministère des Transports.

L’annonce de la mise en circulation du Train Dubreka Express avait suscité un grand espoir chez les populations du grand Conakry. Le prix d’acquisition de ces voitures est de 5 000 francs suisses. Leur transport a coûté à la Guinée 137.900 euros. Maintenant, tout le monde attend la mise en circulation de ce train sur les rails.

Par Mamady Cherif pour couleurguinee

 

Facebook Comments