Le premier ministre guinéen n’est pas resté en marge de ce chavirement au BEPC via son compte Twitter ce mardi. Il a réagi sur le cas de la Préfecture de Koubia qui n’a eu aucun admis
Ibrahima Kassory Fofana regrette les résultats et demande au département en charge de l’éducation de faire un examen pour connaitre de quoi il s’agit.
« La situation de la préfecture de Koubia mérite un examen profond du ministère de l’éducation nationale et l’alphabétisation » a écrit Ibrahima Kassory Fofana.
Et ces résultats du baccalauréat n’ont pas fini de faire parler d’eux. Ce mardi 15 septembre 2020, nous avons rencontré certains responsables d’écoles pour qu’ils  expliquent les raisons de l’échec de beaucoup de candidats dans cet examen.

Moussa  Mansaré, le directeur d’une école privée à Conakry estime que cet échec est partagé entre les parents, les responsables des écoles et les autorités en charge de l’éducation.

« Depuis qu’ils ont publié les résultats. Moi, je n’arrive pas à fermer les yeux. Par exemple, dans notre école, nous avons présenté 50 candidats et parmi ces cinquante, nous avons eu 7 admis dont 2 filles soit un pourcentage de 8%. Alors, nous allons dire que cette responsabilité est partagée entre nous, les encadreurs dans les écoles, les parents d’élèves en grande majorité et les autorités en charge de l’éducation nationale »

Par contre, Ibrahima Sory Barry, le directeur des études d’une autre école explique comment ils ont réussi à avoir un pourcentage malgré cet échec national.

« Franchement, dans notre école, nous avons eu un taux de 80%. Nous avons présenté  111 candidats, nous avons eu 97 admis dont 25 filles. Cette réussite est due au travail abattu par nos professeurs et même pendant le confinement, on travaillait avec les enfants sur whatsApp »

Par Mamadou Yaya Bah et Kadiatou Cherif Baldé pour couleurguinee.info             

Facebook Comments