Après un long séjour à Paris où il était alité il y a plus de six mois, Alhouseine Makanéra Kaké, député de la majorité présidentielle, Président du parti  Front National pour le Développement FND s’est prononcé ce lundi sur l’actualité sociale et politique de la Guinée. Il a exprimé sa fierté de voir, dit-il, la classe politique en train de se battre pour l’élection présidentielle prévue le 18 octobre prochain.

« Parce que même si l’opposition ne l’a pas dit clairement, le fait de demander à la population d’aller se recenser massivement, quand même augure peut être des jours meilleurs dans le cadre du dialogue qui va peut-être et je suis très certain même, connaître des élections inclusives, transparentes, crédibles et apaisées » pense-t-il

La ville de Kankan considérée comme le bastion du parti au pouvoir a été le théâtre  de manifestations de rues initiées par des jeunes qui réclament l’électricité. Pour le président de la commission communication et NTIC du parlement c’est un bon signe pour le pouvoir. Il ajoute que ces manifestations ne signifient pas que le régime actuel est désavoué dans cette région.

«  Je crois que c’est un très bon signe. Contrairement à ce que les gens auraient pu croire, le fait que les gens se battent pour le courant, c’est parce qu’ils ont pu connaître le courant. Avant, personne ne se battaient lorsqu’il y a coupure. Je suis convaincu que même si on organise les élections demain à kankan le RPG arc-en-ciel aura au moins 90% » argue-t-il.

Cependant, Makanera dit regretter la déclaration de certains leaders politiques qui, selon lui, disent soutenir ce qu’ils appellent, l’association pour l’électrification de la haute Guinée.

« Je  crois que c’est une catastrophe pour la Nation. À leur place, j’aurais tout simplement démissionné. Toute la Guinée doit avoir le courant. C’est comme ça qu’on doit résoudre le problème » conseille-t-il

Alhousseini Makanéra Kaké affirme bien vouloir que le président Alpha Condé passe le témoin en Guinée, mais pour l’instant il estime ne voir aucune alternative rassurante. Donc, il se dit prêt pour la continuité de leur champion Alpha Condé.

« J’aurais pu demander au professeur Alpha Condé d’aller se reposer et un repos bien mérité s’il y avait quelqu’un qui est porteur de l’espoir que le professeur avait suscité. Mais, malheureusement, dix ans après, nous nous retrouvons avec des hommes politiques qui n’ont pas pu créer une alternative. Et c’est pourquoi nous demandons au professeur Alpha Condé, peut-être ça sera contre sa volonté, mais nous souhaitons ardemment qu’il accepte la volonté du peuple pour qu’il puisse parachever les œuvres gigantesques qu’il à déjà commencées » a-t-il conclu.

             Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.Info