« Le texte est clair. Seul les partis présents à l’assemblée nationale c’est-à-dire l’opposition parlementaire est habilitée à désigner des commissaires de la Ceni » s’exclame Siaka Barry, nouveau député à l’assemblée nationale et président du parti mouvement populaire démocratique de Guinée MPDG.

En début de semaine, l’opposition parlementaire notamment l’Alliance Patriotique dont il fait partie a fait une déclaration dans laquelle, entre autres, elle exige la démission des commissaires de l’opposition politique qui siègent à la Ceni. Pour ces nouveaux députés, les commissaires de l’opposition ne méritent plus de continuer à exercer à la Ceni dans la mesure où disent-ils leurs formations politiques ne siègent pas à la 9ème législature.

Une démarche qui sonne mal à l’oreille des responsables de l’opposition extraparlementaire.

Pour Cellou Baldé, député de l’UFDG, ces députés devraient simplement se calmer à cause, dit-il, des conditions dans lesquelles ils ont été installés.

« Je ne fais pas trop de commentaires par rapport aux agissements de soit disant députés illégitimes et illégaux qui ont les mains totalement maculés de sang des citoyens guinéens assassinés aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Je crois que ce sont des gens qui devraient se taire à jamais dans la République parce qu’ils n’ont de leçon à donner à personnes dans ce pays  » lâche-t-il

Même son de cloche chez l’UFR. Pour sa part, Ahmed Tidiane Sylla le chargé de la communication de cette formation politique trouve cette réclamation amusante.

« Ils sont élus sur la base d’une élection que nous ne reconnaissons pas, que les Guinéens n’ont pas reconnu. Les commissaires ont été désignés dans le cadre de la loi sur la Ceni. Je crois que ça on n’a pas à revenir sur ça. C’est qui est important aujourd’hui, c’est faire le combat à l’interne pour que nous ayons une Ceni neutre et indépendante. C’est de la plaisanterie. Voilà ! » se moque-t-il

Cela est inadmissible enchaîne Mohamed Cissé responsable des relations extérieures du PEDN. Il invite ces députés à apprendre à lire convenablement la loi.

« Ils ne peuvent pas demander le remplacement de ces commissaires du moment où leur mandat n’est pas arrivé à terme. C’est une mauvaise lecture de la loi. La loi a parlé de deux élections nationales passées. Étaient-ils présents lors de la présidentielle passée ? Est-ce que le référendum rentre dans le cadre de ces élections nationales dont il est question. Qu’ils arrêtent d’interpréter la loi selon leur ambition personnel » martèle-t-il

Pour rappel, lors de cette même sortie ces députés de la 9ème législature ont affiché leur opposition à l’éventuelle candidature du président Alpha Condé  pour  l’élection présidentielle prévue en octobre prochain. Ils compte saisir la cour constitutionnelle à ce sujet » ont-ils averti.

            Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info

 

 

Facebook Comments