Le Front National pour La Défense de la constitution de mai 2010 traverse une zone de turbulence. Trahi par plusieurs leaders politiques, le front est décapité́ dans son âme.

La candidature de Cellou Dalein Diallo de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 ne restera pas sans conséquence au sein du Front. Le véritable moteur du front a décidé́ d’abandonner le combat pour la défense de la constitution de mai 2010 en s’engageant dans la course pour le fauteuil.

Constatant que le combat du FNDC est voué à l’échec, Cellou Dalein s’est réveillé enfin dans son coma profond pour comprendre que son boycott des législatives et du référendum du 22 mars 2020 a été́ un échec pour lui et son parti UFDG. Ayant perdu le statut de chef de file de l’opposition et le nombre des députes qu’il pouvait gagner lors de ce double scrutin, un véritable manque à gagner pour son parti.

Pendant qu’on leur disait d’aller dans la compétition du 22 mars, ils criaient sur tous les toits qu’il n’y aurait pas d’élections. Mais, le constat est tout autre. Nouvelle constitution adoptée, Assemblée nationale installée. Le président Alpha Condé investi par la CODECC et le RPG-ARC-EN-CIEL comme l’unique candidat de la mouvance présidentielle.

Pourquoi Dalein, Ousmane Kaba, Me Kabelé n’ont pas compris que les élections se gagnent dans les urnes et non dans les rues ?

Si nous faisons un constat sérieux, vous comprendrez que les leaders du FNDC qui sont candidats à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 ont trahi le combat du front et ont exposé la vie de plusieurs jeunes inutilement pour leurs intérêts égoïstes et machiavéliques.

Chers leaders, veuillez rentrer dans la classe du professeur Alpha Condé pour qu’il vous enseigne comment faire la politique.

Je vous demande de vous remettre en cause et de présenter des excuses aux guinéens car vous avez échoué dans votre lutte. Si vous étiez vraiment conscients, vous auriez dû céder vos places respectives à des jeunes plus déterminés, plus éclairés.

En réalité́, si vous relisez vos chapelets de revendications entre janvier 2020 et septembre 2020, qu’est-ce qui a réellement changé entre temps ? Vous saviez réellement que vous n’étiez là que pour amuser la galerie, puisqu’en réalité́ vous n’existez plus politiquement vous vous êtes accrochés à une branche qui est sur le point de vous lâcher et je ne souhaite pas être à votre place car la chute sera fatale.

Désormais, œuvrons tous pour la paix et la stabilité́ de notre pays sous le leadership du président bâtisseur, le professeur Alpha Codé

Par Macka Baldé, vice-président des Nouvelles Forces Démocratiques NFD, DGA de l’ANVJ

Facebook Comments