Monsieur Aliou Bah, économiste et Président de l’organe provisoire de direction du parti MODEL nous livre sa lecture de l’économie guinéenne sous coronavirus ce lundi, 20 avril 2020.

Selon lui, la Guinée n’était pas planifiée pour faire face à cette pandémie.

«Aujourd’hui toutes les activités se sont quasiment arrêtées et ce n’est pas que la Guinée seulement. Mais notre cas est particulier. Nous avions d’abord une situation économique très difficile. Et maintenant la situation économique mondiale encore vient s’ajouter là-dessus. Donc, nous sommes en arrêt. Ça veut dire que le chômage encore va exploser. Le seul secteur d’espoir était celui des mines où nous étions à près de 65 millions de Tonnes de bauxites par ans exportées. Il y a déjà un déploiement international, notamment les institutions et autres pour aider les États. Et malheureusement même ça nous ne sont pas parmi les priorités des pays auxquels il faut accorder des ressources et accompagner institutionnellement » A-t-il déploré

Justement, le fond monétaire international a annoncé récemment le versement d’une aide d’urgence à 25 pays parmi les plus pauvres du monde dont la Guinée. Aliou Bah estime que la difficulté se trouve au niveau du projet d’annulation de la dette. Donc y a un risque que cela peut générer :

« Je pense que ce moratoire peut permettre toute suite de libérer des ressources, aider les États à faire face au Covid-19 avant d’avoir d’autres ressources supplémentaires. Mais, il faut savoir que l’enjeux de cette situation c’est par rapport à la position de la Chine. Parce que le moratoire suppose une suspension. C’est-à-dire après la crise les États vont continuer de payer les dettes. Car, il y a une sorte de majoration qui va être faite sur la dette en principe. Donc ça veut dire que le fait d’observer un moratoire peut amener les États à avoir encore un volume plus important de dette à payer » Précise Aliou Bah.

Concernant la Guinée « La dette multilatérale a explosé ces derniers temps. Nous sommes passés environ de 1,1 milliards de dollars après avoir obtenu le PPTE. Et c’est ce qui remet en cause notre solvabilité et notre crédibilité. Donc je crains que la Guinée ne soit pas exceptionnellement traitée » S’inquiète t-il.

Du plan de riposte économique, notamment le modèle d’allocations de dépenses récemment annoncé par le premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, cet économiste pense que ce plan n’est que théorique et le gouvernement peut mieux ou doit mieux faire » Ajoute-t-il.

Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinée.info