L’élection de Amadou Damaro Camara, à la présidence de l’assemblée Nationale agite la classe politique. Ce mercredi Bah Oury, président du parti UDD, membre du FNDC et Souleymane Keïta de la Mouvance présidentielle ont réagi face à cette élection.

Pour Bah Oury, qualifie d’illégitime la session inaugurale du parlement :

« Cette assemblée a été mise en place par pratiquement un coup de force. Et de ce point de vue sa légitimité est remise fondamentalement en cause. Et, le fait que les représentants de la communauté internationale aient décidé de ne pas y participer, montre que cette assemblée n’a pas la caution de la communauté internationale. Deuxièmement, on a un parti unique au niveau de cette assemblée » Estime-t-il

Plus loin, cet opposant au pouvoir de Alpha Condé estime que la désignation de Amadou Damaro Camara remettra en cause l’équilibre au sommet de l’Etat « c’est une personnalité clivante qui a été caractérisée par une agressivité vis-à-vis des parties de la communauté Nationale et n’incarne pas de ce fait une capacité de rassemblement et d’assurance aux autres communautés ; que ceux là vont aller dans le sens de l’apaisement, de la réconciliation nationale et la décrispation. Les derniers événements que nous avons malheureusement vécus en Guinée forestière risquent d’être des signes annonciateurs de dynamiques qui déstabiliseront notre pays » A- t-il souligné.

Du côté de la majorité parlementaire, c’est une satisfaction totale. Souleymane Keita revient sur les raisons du choix de Damaro « Le parti à travers ses députés s’est retrouvé avec la participation des responsables de la direction nationale et unanimement le choix est tombé sur l’honorable Damaro à cause des qualités intellectuelles dont il dispose, mais aussi de sa carrure, sa longue expérience dans l’administration guinéenne sans oublier son engagement et sa fidélité au président de la République, depuis qu’il a rallié  les rang du notre parti » A soutenu Souleymane Keita.

Claude Kory Kondiano, président sortant, était absent lors de la session inaugurale. Il serait dit-on frustré par l’élection de Amadou Damaro à la tête de l’assemblée Nationale :  « Çà pourrait être dû à d’autres raisons. Y a rien de suspicieux là dedans y a aucune frustration. Non seulement il a présidé la réunion, mais c’est lui qui nous a annoncé la bonne nouvelle d’ailleurs » A-t-il indiqué.

Concernant l’absence de la communauté internationale à la cérémonie, ce conseiller à la présidence affirme  qu’elle n’a pas été invitée. C’est pour dit-il le respecter stricte des mesures sanitaires édictées par l’ANSS en cette période de pandémie « On n’a pas voulu faire beaucoup d’attroupements parce que quand ces personnalités étaient invitées c’est encore beaucoup plus de mesures qu’il faudra prendre. Mais leur absence n’enlève rien juridiquement à la cérémonie » A-t-il précisé.

Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.info