Economie et société

Conakry : Il percute un motard, prend la fuite, va renverser un gendarme mort sur place. Puis, il se fait tuer par des mécontents.

single-image

C’est le triste sort que le destin a réservé dans la nuit du lundi au mardi dernier à Boubacar Barry, chauffeur de son état, originaire du district de Ley Nyèlè, sous-préfecture de Brouwal Tappé, préfecture de Pita. Le lundi, en sortant dans son taxi, à la recherche de la pitance quotidienne, ce citoyen était loin de se douter qu’il faisait son dernier voyage. Selon des témoins, tout a commencé au quartier Cosa où il a renversé un exploitant de taxi moto. Il a décidé de poursuivre sa route, sans s’arrêter pour voir ce qui est arrivé à ce taxi moto.

Des proches de l’accidenté ont pris leurs motos pour le poursuivre. S’engage alors une course folle jusqu’au quartier Kaporo rails. Sur l’axe Kipé- Bambeto. En voulant semer ceux qui sont à ses trousses, Boubacar Barry a pris un sens opposé à sa droite. Dans sa course folle, il croise un autre motard, un gendarme appelé Sorel Camara, en service à l’Eco 4. Ce dernier, dit-on, roulait sur sa droite. Il l’a fauché mortellement. Et c’est là que ses poursuivants, les taxi-motos ont mis la main sur lui. Boubacar Barry a été mortellement molestés par les assaillants. Ceux-ci ne lui ont laissé aucune chance de survie. Sur place, il y a eu deux corps : le gendarme et ce taximètre. Les deux corps ont été déposés à la morgue de l’hôpital sino guinée. Certains témoins de la scène n’ont pu s’empêcher de verser des larmes. « La cruauté a atteint des proportions inquiétantes en Guinée. L’homme est devenu le loup de l’homme » a expliqué un citoyen de Kaporo rails.

Informés, les parents de feu Boubacar Barry sont allés chercher le corps à la morgue de l’hôpital sino guinée. Il a rejoint sa dernière demeure après la prière de 14h au cimetière de Soloprimo. Le corps du gendarme aussi attendait ses parents. Voilà les tristes sorts d’un gendarme et d’un civil que tout divise dans cette Guinée actuelle. Ils ont tous deux perdu la vie dans des circonstances inattendues à 2h du matin le mardi 11 février. Le Gendarme était un jeune célibataire en service à l’Eco 4 de Cosa

                                                                         Par Abou Bakr et Thierno Amadou Diallo pour couleurguinee

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes