Partout dans le monde, le confinement a posé des problèmes de violences conjugales. Comment font les victimes pour le signaler, alors qu’elles sont en permanence enfermées avec leurs agresseurs. En Espagne, les autorités affirment que ces violences sont en hausse depuis le début de la pandémie et jusqu’à nos jours. Selon des rumeurs, plusieurs localités du pay pourraient être confinées à nouveau, d’où la crainte de plusieurs femmes de se voir enfermées avec leurs bourreaux.

Après  le confinement, certaines femmes victimes de violences conjugales se souviennent de cet enfer.

« Etre enfermée avec quelqu’un qui ne se gêne point de vous faire subir des violences psychologiques et physiques est vraiment dur. Les autorités doivent prendre des dispositions, nous protéger avant le nouveau confinement » explique une victime.

Les trois mois de confinement dus à la pandémie ont eu des conséquences dramatiques pour les femmes victimes en Espagne. Un phénomène qui touche hélas tous les pays du monde. Ce constat est à l’échelle mondiale même si dans certains cas, le contraire peut se produire. Les autorités doivent lutter contre toute sorte de violence.

                       De Barcelona, par Aliou Safiatou Diallo pour couleurguinee.info

Facebook Comments