Les sans-abris d’Espagne décident enfin de hausser le ton pour que les autorités espagnoles se penchent sur leur existence.  Avant la crise sanitaire, ils vivaient dans l’enfer, avec covid 19,  la situation s’est encore aggravée.

« Moi, je suis espagnol, si je vis dans cette situation, imaginez-vous le cas du migrant sans papier. C’est l’enfer sur terre que nous vivons. C’est raison pour laquelle, les uns parmi nous gagnent leur vie en faisant le petit détaillant de drogue. Nous devons vivre et pour l’Etat nous n’existons pas ». explique cet Espagnol.

Le problème des sans-abris est une énorme crise humanitaire à travers le monde. Mais, malheureusement, rares sont ceux pour qui leur existence compte.

Les sans-abris à Barcelone ne font qu’augmenter depuis le début de la pandémie. Les citoyens qui dorment dans la rue sont légions.

Les hommes en masse, bien que nous y enregistrions des femmes et des enfants.

A qui la faute si cette couche tant exposée devient une autre chaîne de propagation du virus à l’heure où il commence à être contrôlé ? C’est la question

De Barcelona, par Aliou Safiatou Diallo pour couleurguinee