En Guinée, depuis hier, il faut réfléchir par deux fois avant de décider d’entreprendre un voyage inter urbain. La première cause, c’est le risque de piquer la maladie dans un taxi brousse. La deuxième, c’est que l’état d’urgence décrété par le Président Alpha Condé a amené les exploitants de taxis qui font les longs voyages, à doubler, voire tripler les frais de voyage.

On assiste à une flambée soudaine du transport inter urbain. Désormais, pour se rendre à Labé, il faut abouler 180000 gnf en lieu et place de 120000 gnf. Un coup dur pour certains citoyens qui ont immédiatement renoncé au voyage.
C’est le cas de Sadou Diallo étudiant qui dit avoir appris cette augmentation ce vendredi alors qu’il avait fait sa valise pour Labé

” Je suis très déçu car c’est ce matin que le chauffeur avec qui j’avais réservé m’a appelé  pour me dire que le transport a augmenté. Je ne savais pas quoi dire car moi-même je n’avais que 120000 fg or maintenant le transport coûte 180 mille fg. Mon voyage est annulé” a-t-il regretté
Sada Diallo, chauffeur qui voyage sur ce tronçon nous dit qu’ils ont été obligés de revoir à la hausse le transport vu que le président Alpha Condé a annoncé des restrictions sans mesures d’accompagnements

« C’est le président qui a dit hier que désormais une voiture de six places, c’est deux derrière et un avec le chauffeur. On a donc reparti le transport des autres passages au compte des trois. Or, nous on se nourrit de cela avec notre famille. C’est bien de penser à la santé mais il faut qu’il pense à nous en diminuant le prix du carburant » recommande-t-il

                                                                                        Par Ramatoulaye Sy Savané pour couleurguinee