L’annonce du ministre des Transports Aboubacar Sylla relative à la non réduction du prix du transport urbain et inter urbain n’est pas bien reçue au sein du collectif des étudiants des universités publiques de Guinée. Qui dès la reprise a appelé à un boycott de la rentrée  jusqu’à l’allègement des frais de transport. Ce samedi Alpha Oumar Tourkoun Diallo président de ce collectif a réagi face à cette nouvelle sortie du ministre des Transports

« Nous, on n’a pas demandé que le transport soit baissé pour tout le monde. Mais, nous avons demandé que les étudiants soient pris en charge au niveau des frais de transports. Soit ils prennent le transport ou il nous octroie quelque chose en tout cas avec laquelle nous allons nous déplacer » a-t-il précisé

Il revient sur le bilan de la semaine suite à leur mot d’ordre de boycott des classes.

« Nous avons constaté que des étudiants par endroit ont vraiment respecté notre mot d’ordre. Par contre, à certains endroits, ça n’a pas été effectif. Mais, rassurez-vous, nous nous réjouissons de ce que nous avons vu sur le terrain » dit-il

Ce président du collectif dit avoir déjà entrepris des démarches auprès du ministère de l’enseignement supérieur sur ce point de revendication. Cependant, cette décision du ministre des transports va impacter la démarche regrette-t-il

« Ça va forcément impacter. Mais, je pense que notre ministère peut faire de son mieux pour nous satisfaire » espère-t-il

Le collectif se dit ouvert à des négociations avant dit-il d’entreprendre d’autres actions

«  Nous souhaitons rencontrer le ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique en début de semaine prochaine avant d’entamer d’autres démarches. Pour le moment le boycott reste maintenu »

Malgré ce boycott, certains étudiants continuent bien à fréquenter les universités. Chose qui pourrait fragiliser ce collectif dans le combat qu’il mène.

« Sincèrement, ça nous met dans un état d’inconfort. Il ne faut pas que nous nous battons pour les étudiants. Et qu’il y a parmi nous  qui se cachent pour aller à l’université soit disant qu’ils aiment l’école plus que les autres. Je pense que c’est ce qui tue tout le combat dans l’œuf. Ils doivent comprendre que ce combat là est pour eux. Pas seulement pour un groupe d’individu. Parce que si le gouvernement nous répond par exemple c’est pas les étudiants qui ont lutté seulement qui vont bénéficier de tout ça » a-t-il indiqué.

               Par Abdul Karim Barry Pour  couleurguinee.info

 

Facebook Comments