Actu

Guéguerre au sommet du parti PGDS : Eli Kamano et Madame Marie Louise se tapent dessus

single-image

Rien ne va plus entre Marie Louis Kamano, vice-présidente du Parti Guinéen pour la Solidarité et le Développement (PGDS), également fondatrice de cette formation politique et Eli Kamano, actuel président  de ce parti. Ce mardi, ils se sont livrés à des joutes musclées sur les ondes de la radio Lynx Fm, précisément dans l’émission œil de Lynx.

C’est la dame qui engage les hostilités à l’antenne.

« Si aujourd’hui mon bien se retourne contre moi, je ne peux que simplement le regretter. C’est moi qui lui a cédé le parti, après des négociations. Mais, actuellement, je remarque qu’il en a fait un fonds de commerce. J’ai fait une déclaration dans laquelle j’ai parlé de « déception et de remords ».  Il s’en est servi pour faire sa vidéo condamnant mes propos. Il dit avoir réuni le bureau exécutif annonçant sa démission du FNDC. Je suis partie vers lui pour lui demander de me donner le procès verbal de la réunion qui l’a effectivement poussé à faire cette vidéo et c’est là qu’il s’est enflammé. Et a commencé à tenir des propos déplacés à mon égard. Dès lors, je lui ai dit d’accord c’est moi qui lui a donné le parti, donc je le reprends » charge la dame

A ceux qui pensent que ce sont les membres du comité de pilotage du FNDC qui la pousse à destituer Eli Kamano, cette vice-présidente précise

« Je n’ai jamais eu de contact avec le FNDC. Depuis que je l’ai introduit à la tête du parti, j’ai pris mes distances du FNDC. Je me suis dite que je ne peux plus prendre part à certaines rencontres sans son autorisation » indique-t-elle

Eli Kamano n’est pas passé par le dos de la cuillère pour se défendre.

« Est-ce que depuis que je suis à la tête de ce parti, vous m’avez déjà entendu faire un alliance avec qui que ce soit ? S’interroge-t-il. Même si elle a écrit que je suis demis de mes fonctions, déjà ça prouve qu’il y a de l’amateurisme et de l’ignorance des règles et principes des partis politiques. Depuis que je suis à la tête de ce parti, c’est elle qui nous impose des choses. Pour preuve, dès le départ, elle dit qu’elle était avec l’opposition Républicaine. Ensuite, elle nous dit de quitter là-bas et de venir à la CPR de Faya Millimouno. Dès lors, j’ai compris qu’elle veut gérer le parti comme une propriété privée. Je ne vois pas en quoi est-ce que j’ai fait de ce parti un fond de commerce » affirme-t-il.

Selon lui,  cette exclusion est partie de sa démission du FNDC qui dit-il n’engage guère le parti  « À l’entendre parler, vous comprendrez toute suite qu’elle est dans l’émotionnel. Elle est poussée par les gens qui lui dictent les choses. Je ne suis pas à la tête de ce parti pour être remorqué par qui que ce soit. J’assume les actes que je pose. Je ne suis pas amateur pour prendre une décision qui implique le parti sans faire part au bureaux national politique. C’est impossible » affirme-t-il

Cet ancien reggaeman dit être élu lors d’un congrès. Il réitère qu’il reste et demeure le président du parti jusqu’à la fin de son mandat.

                                                                                        Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes