Abdourahmane Sanoh et les membres du Fndc arrêtés ont rejoint leurs familles respectives ce jeudi soir. Une première nuit de liberté méritée après un séjour de près de deux mois à l’hôtel cinq Etoile de Coronthie. Lorsqu’ils ont quitté la Cour d’Appel, ils sont allés à cette prison. Pour plier bagages. Ils ont certes rendez-vous le 5 décembre, à la Cour d’Appel. Mais, d’ici là, ils ont le loisir de savourer le fruit de leur bravoure.

Après leur mise en liberté provisoire, c’est la joie qui se lisait sur tous les visages. Les familles des victimes n’en revenaient pas. L’hymne nationale du FNDC résonnaient dans toute la salle.

La consœur Harissatou Sow, l’épouse de Bailo Barry destin en main a laissé exploser sa joie

« On ne peut pas arrêter les gens pour leur opinion dans un pays qui se dit démocratique. Deux mois sans mon mari, c’était difficile, surtout avec les enfants. Mon garçon me demandait chaque fois où est Papa ? Il a duré à son voyage parce-que c’est ce qu’on lui avait dit. Mentir aux enfants c’est pas facile » a-t-elle confie.

Quant à maitre Salif Beavogui, l’un des avocats, il a dit toute sa satisfaction

« Je suis plus qu’heureux aujourd’hui. Nos clients sont libres. Le 5 décembre, nous allons venir enterrer définitivement ce dossier et aussi la radio continentale va recommencer ses émissions. Donc, c’est un sentiment de satisfaction » s’est réjoui l’avocat.

                                                                                                         Par Kadiatou Cherif Baldé pour couleurguinee