Le milieu carcéral est frappé, de plein fouet, par coronavirus. On ne dénombre pas moins d’une centaine de détenus infectés. Ce jeudi Sékou Keita responsable de la communication du ministère de la justice est revenu sur ce sujet.

« Dès les premières heures de cette pandémie, le ministre d’Etat a instruits non seulement les régisseurs, mais d’autres responsables aussi des maisons d’arrêt de prendre toutes les mesures nécessaires et idoines afin de mettre en pratique et de faire respecter toutes les mesures hygiéniques à savoir la désinfection totale des dortoirs au moins deux fois par jour, l’assainissement des périmètres intérieurs des lieux de détention. Il a aussi été demandé au personnel de l’administration pénitentiaire précisément les régisseur d’interdire provisoirement toute visite en provenance de l’extérieur à l’exception de celles des avocats, des agents appartenant à des structures sanitaires et celles des personnes transportant des repas des détenus »

Malgré ces mesures, coronavirus continue son expansion dans certaines prisons du pays. Ce responsable donne les statistiques.

« Quand nous prenons aujourd’hui la maison centrale de Conakry. Pour une population carcérale de 1458 personnes, à date, pour un taux dépisté de 858 detenus, on a eu 68 cas positifs. Parmi ces 68 cas positifs, aujourd’hui, il  y a 53 qui sont déjà guéris et le reste est en cours de traitement.  Maintenant, pour celle de Kindia, nous avons une population carcérale de 352 personnes. On a prélevé la totalité de cette population. Mais, aujourd’hui, nous sommes à un nombre total de 35 cas parmi les 352. Ceci dit, si tu prends la totalité des personnes infectées sans parler de guérisons, on dira que nous sommes à une centaine de personnes » estime-t-il

Les défenseurs des droits de l’homme ont plaidé pour un desengorgement du milieu carcéral pour rompre cette chaîne de contamination. Pour Sékou Keita, ce travail peut être  l’un des facteurs mais estime que ce n’est pas la solution définitive. Il avance une autre.

« Aujourd’hui, cette stratégie mise en place par le ministère de la justice est la meilleure pour éviter une atteinte totale de nos détenus. Nous avons lancé une série d’opération de prélèvement de l’ensemble des détenus de toutes les maisons carcérales de la Guinée pour nous permettre non seulement de prendre les devants en terme de prise en charge mais aussi de minimiser la rentrée aux sein de nos prison de ce virus. »

S’agissant des prisonniers qui ont purgé leurs peines, ce chargé de la communication du ministère de la justice affirme qu’ils ne peuvent être libérés qu’après prélèvement et réception de leurs résultats.

« La libération des détenus qui ont purgé leurs peines ne peut être acceptable qu’après cette série de dépistage qui a été lancée en terme de stratégie, de détection des cas positifs dans nos différents prisons » conclut-il

                Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info