Actu

Guinée : Des envoûteurs dans les rues de Conakry

single-image

Le samedi 16 février, aux environs de 8h du matin, Djenab Baldé, une lycéenne en classe de Terminale Sciences Mathématiques au groupe scolaire privé Mamadou Sidibé de Tombolia cité, a vécu une histoire difficile à croire. Mais, vraie pourtant. Elle a été dépouillée de ses biens à Enta marché alors qu’elle se rendait à l’école.

Selon les explications qu’elle a données à alerteguinee, elle partait à l’école à 8h lorsqu’un inconnu tiré à quatre épingles l’a saluée et lui a demandé si elle connait où se trouve une école anglaise dans les parages. Elle a articulé une réponse et aussitôt elle a perdu sa voix.

« J’étais plantée devant l’inconnu comme une somnambule. C’est ainsi qu’il m’a demandé de lui donner mon téléphone, le sac et l’argent que j’avais. Je me suis exécutée. Et je l’ai regardée partir. Impossible d’articuler un mot » a dit la lycéenne, les yeux mouillés de larmes.

Selon toujours cette victime, elle se sentait dans un état second durant le contact avec le monsieur, comme si elle flottait sur des vagues. C’est lorsqu’une femme qui la suivait dans cet état s’est approchée d’elle et l’a touchée qu’elle a repris ses facultés. L’envoûteur était déjà loin. Ce récit qui parait anodin est actuellement récurrent dans la banlieue de Conakry, où des envoûteurs en provenance d’on ne sait où commencent à manœuvrer. Les listes des victimes s’allongent.

Alors un conseil de la lycéenne : Evitez de parler à un inconnu affichant une belle mine et arborant de beaux habits qui vous aborde dans les rues. Il se peut que vous soyez en face d’un de ces envoûteurs. Djenab Baldé elle a déjà fait les frais de ce nouveau fléau de Conakry

 

Alpha Oumar Diallo pour alerteguinee

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes