L'invité de la rédaction

Guinée : Felix Lamah, à cœur ouvert sur couleurguinee

single-image

Seul le Président de la République, qui a juré de protéger tous les Guinéens, peut mettre fin à la spirale de la violence. Il doit renoncer à ce projet de changement de la constitution et focaliser le peu d’énergie qui lui reste aux questions existentielles, dixit Félix Lama, consultant guinéen en management des ressources humaines vivant au Canada.

couleurguinee.info

Bonjour M. Lama. Merci d’avoir accepté de vous adresser aux lecteurs de couleurguinee.info. Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs.

Félix Lama

Je me nomme Felix Lama. Je suis un citoyen guinéen résidant au Canada. Je suis consultant en management des ressources humaines. J’ai été DRH dans plusieurs sociétés privées de la Guinée.

couleurguinee.info

J’imagine que, malgré la distance, vous observez de loin la situation politique dans notre pays, avec en toile de fond la volonté de changer l’actuelle constitution pour permettre à l’actuel président de la République de se maintenir au pouvoir au terme de son deuxième et dernier mandat. Qu’en est-il ?

Félix Lama

Ce qui se passe actuellement dans notre pays est tout simplement regrettable. Le Président de la République doit se souvenir de son serment lors de ses deux investitures en 2010 et en 2015 ; il a juré de respecter notre constitution qu’il reprouve aujourd’hui.

Il doit également se souvenir de sa longue lutte pour l’instauration de la démocratie en Guinée. Pour les derniers mois qui lui restent avant la fin de son second et dernier mandat, il devrait songer à la quiétude sociale, la justice, l’environnement économique, etc. A défaut d’avoir réalisé toutes ses promesses pour le développement socio-économique de la Guinée, il doit au moins nous laisser un héritage de cohésion sociale et de paix. Le contraire serait tout simplement un cheminement vers une sortie par la petite porte et ce serait dommage pour ce que cela représente pour la Guinée.

couleurguinee.info

Les violations des droits de l’homme ont atteint leur paroxysme la semaine dernière durant laquelle un cortège funèbre a été attaqué par les forces de l’ordre. Bilan, trois nouvelles victimes ainsi que du gaz lacrymogène utilisé dans une mosquée et un cimetière. Qu’est-ce que tout cela vous inspire comme commentaire ?

Félix Lama

Je voudrais, tout d’abord, m’incliner devant la mémoire de nos compatriotes qui ont malheureusement perdu la vie lors des manifestations et pendant la marche funèbre. Je présente mes sincères condoléances aux familles éplorées ainsi qu’à tous les Guinéens.

Aucun guinéen ne mérite la mort par les mains d’un autre guinéen. Chaque goutte de sang coulée ne fera que susciter plus de haine. Tout guinéen, vivant ou mort, mérite le respect et la dignité. On ne peut pas bâtir une nouvelle constitution sur des cadavres.

La lumière doit être faite sur toutes les tueries et les responsables doivent répondre de leurs actes devant les instances compétentes.

couleurguinee.info

Le bilan des victimes de ces différentes manifestations à Conakry et à l’intérieur du pays fait état de 17 morts au total. A votre avis, comment arrêter cette spirale de la violence ?

Félix Lama

Seul le Président de la République qui a juré de protéger les Guinéens peut mettre fin à cette spirale de la violence. Il doit renoncer à ce projet de changement de la constitution et focaliser le peu d’énergie qui lui reste aux questions existentielles.

couleurguinee.info

Les principaux leaders du FNDC sont incarcérés à Conakry pendant que les assassins, eux, se promènent librement. Quel est votre avis sur ce paradoxe guinéen ?

Félix Lama

Il ne doit pas y avoir dans un Etat de droit une justice de deux poids deux mesures. La justice doit être impartiale. Mais je constate fort malheureusement que cela n’est pas le cas dans notre pays.

couleurguinee.info

Le chef de l’Etat a déclaré que « ce sont des manifestants qui tuent d’autres manifestants pour faire porter la responsabilité au gouvernement ». Selon vous, lorsque le premier responsable du pays fait de telles déclarations, est-ce qu’on peut s’attendre à des enquêtes sérieuses ?

Félix Lama

Il faut des enquêtes sérieuses. En sa qualité de premier magistrat du pays, il doit imposer une justice égale pour tous. S’il ne le fait pas pendant qu’il est aux affaires, d’autres le feront et c’est sa page d’histoire à lui qui en sera davantage salie.

couleurguinee.info

Est-ce que la diaspora guinéenne d’ici fait comme beaucoup d’autres pour s’impliquer dans le combat politique en cours dans notre pays ?

Félix Lama

En effet, la diaspora guinéenne à travers le monde est fortement impliquée dans le combat politique en Guinée. J’en veux pour preuves les manifestations récentes des guinéens de la France et du Canada. Notre pays a plus que jamais besoin de toutes ses filles et fils pour sauver notre pays.

couleurguinee.info

Justement, est-ce que les Guinéens d’ici sont organisés en tant que ressortissants de notre pays ou c’est plutôt le chacun pour soi, comme on dit ?

 

Félix Lama

Il existe une organisation des ressortissants de la Guinée au Canada. C’est aussi le cas aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Le besoin de l’union est compris par tous au sein de la diaspora bien qu’il reste encore des efforts à faire.

couleurguinee.info

Lorsque vos amis Africains ou Nord-américains vous interpellent sur la situation peu enviable dans votre pays, est-ce qu’il ne vous arrive pas de baisser la tête à cause justement de ce qui se passe dans votre pays ?

Félix Lama

Personnellement, je ne baisse pas la tête. La Guinée n’est pas le seul pays en Afrique qui connaît des tensions. C’est la réalité actuelle de notre pays et nous devons l’assumer. C’est une page d’histoire de notre pays qui s’écrit et nous devons faire en sorte que la fin soit heureuse pour la Guinée.

couleurguinee.info

Revenons maintenant à vous-même, comme vous l’avez dit à l’introduction, vous avez assumé d’importantes responsabilités dans notre pays avant de venir ici. Pourquoi quitter la Guinée alors que le pays a besoin de vous ?

Félix Lama

Je reste profondément attaché à mon pays que j’aime tant. Je n’ai travaillé que dans le secteur privé après les études. J’ai fait le choix d’offrir à mes enfants une éducation solide qui leur permettra d’être utiles à la Guinée de demain.

couleurguinee.info

Le plus souvent ceux qui quittent leur pays le font parce qu’il ne leur offre aucune perspective. Ce qui n’est pas votre cas. Est-ce que ce n’est pas une démission voire une trahison que d’abandonner les siens confrontés à d’interminables crises pour vivre tranquillement ailleurs ?

Félix Lama

Non pas du tout. Les crises sont arrivées bien après mon départ. Par ailleurs, je n’ai jamais travaillé pour le secteur public. Je ne suis pas non plus membre d’un syndicat ou d’un parti politique. Je suis un libre penseur, indépendant qui aide son pays notamment à travers des ONG de la Guinée.

couleurguinee.info

Tout de même lorsque vous êtes confronté à certaines situations, avec j’imagine quelques fois des propos qui frisent la xénophobie, tels que « pourquoi vous êtes venus ici » Est-ce qu’il ne vous arrive pas de vouloir faire le retour au bercail ?

 

Félix Lama

Pour le moment, je n’ai pas été confronté à de tels propos. Toutefois, le retour dans mon pays fait partie de mon agenda à moyen terme. D’ailleurs, je m’y rends un peu souvent.

couleurguinee.info

Aujourd’hui il y a en Guinée deux catégories sociales : ceux qui gèrent nos biens communs et ceux qui ne peuvent pas partir. La classe intermédiaire qui pouvait aider le pays à sortir la tête de l’eau comme vous s’installe ailleurs. Quelle est, selon vous, la condition sine qua non pour le retour de ces Guinéens au pays ?

Félix Lamah

Diverses raisons poussent les uns et les autres à s’installer dans un pays autre que le leur. Toutefois, les dirigeants de notre pays doivent sérieusement travailler à l’instauration d’un véritable Etat de droit, reformer le système éducatif guinéen, assainir l’environnement économique, créer des opportunités d’emploi pour les jeunes, lutter contre la corruption grandissante à tous les niveaux, assurer une répartition équitable des richesses du pays, etc.

couleurguinee.info

Votre dernier mot ?

Félix Lamah

Notre pays n’a pas besoin d’un miracle pour se développer. Dieu a déjà tout donné en terme richesses du sol et du sous-sol. Nous avons maintenant besoin de dirigeants patriotes qui mettent en avant l’intérêt général et non personnel. Nous, Guinéens, devons changer de mentalité et nous tourner vers le développement qui demande beaucoup de travail et du travail bien fait.

Nous, jeunes guinéens, devons-nous mettre sur la voie de l’union en mettant fin à l’ethnocentrisme et au régionalisme qui divise profondément notre société par le fait des politiques irresponsables.

                                                                                                   Propos recueillis par Habib Yembering Diallo

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes