Après le lancement de sa nouvelle formation politique le week-end dernier, Bah Oury l’ancien patron du parti Union pour la Démocratie et le Développement a expliqué l’ambition qu’il nourrit pour son nouveau bébé qu’il rêve cette fois-ci de voir grandir. Bah Oury veut faire de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (l’UDRG), une autre identité politique en Guinée.

Vu les multiples volte-face qu’il a connues sur la scène politique, l’ancien du renouveau estime qu’il est temps de revoir sa stratégie pour mettre en forme ce qu’il appelle « une nouvelle procédure ».

L’UDRG est née de la fusion du MPDG et du PPG indique-t-il. Mais au-delà, elle est le fruit d’autres mouvements politiques complète-t-il

« Des mouvements qui ont été impliqués dans les élections communales de 2018 comme le MBF animé par Monsieur Bah de Sangaredi et la liste des citoyens Unis pour le développement de Télimélé qui était animée par Monsieur Papa Lamine Diallo ont été absorbés par l’UDRG pour être le socle initiateur de la nouvelle identité performante » explique-t-il

La démocratie et le droit constituent les fondements de cette nouvelle formation politique poursuit cet acteur politique. Il compte  mettre en pratique son expérience politique au sein de l’UDRG pour dit-il aider à faire quitter la Guinée de sa situation actuelle.

« Vous me connaissez ! Je ne suis pas né de la dernière pluie sur le plan politique dans notre pays. Donc, le rêve politique que nous avons pour la Guinée depuis très longtemps on va le mettre en œuvre à travers cette nouvelle identité. D’abord, faire en sorte que le processus du respect des droits de l’homme et la démocratie de la société soit l’élément central. Si vous n’avez pas une gouvernance vertueuse, démocratique qui respecte les libertés des citoyens et qui assure la promotion de ces libertés publiques, il est impossible d’égaler dans la dynamique de construction du développement. C’est-à-dire, on veut faire du pays la locomotive de l’Afrique de l’ouest. La situation actuelle n’est pas une fatalité » estime-t-il.

Bah Oury est passé par 3 formations politiques dit-on sans succès avant de se retrouver dans ce dernier. Pour lui, chaque étape est avec ses épreuves et ses leçons. Bah Oury ne veut plus jamais vivre une autre mésaventure. Il croit être protégé cette fois-ci.

« Dans le contexte actuel, chaque partie a fait son congrès. Donc, les décisions et les résolutions des congrès s’imposent à tous. Les deux parties séparément ont fait leur congrès pour donner mandat à la fusion. Donc sur le plan de la procédure politique et administrative, on est mieux protégé que par le passé. Mais, cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas disons des velléités de créer de la zizanie mais ça, ça fait partie de l’ordre humaine des choses » estime-t-il

Bah Oury ira-t-il à la présidentielle de 2020 ? Sa réponse est claire.

« Nous ne pouvons pas participer à quelque chose qui risque et qui peut mettre notre pays dans une situation extrême » lâche-t-il

               Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info