Echos de province

Guinée : Kankan, du chanvre indien à « Harlem »

single-image

Deux présumés vendeurs de drogue, dont une jeune femme, ont été mis aux arrêts à Kankan. La police locale revendique cette prouesse opérée au quartier Harlem, l’un des quartiers périphériques de la cité des ignames. « Harlem » version Kankan est une agglomération qui a la réputation (à tort ou à raison) d’être un coin de mordus de la petite drogue.

Commissaire Abdoulaye Sanoh a rappelé que cette prise s’inscrit en droite ligne d’une de ses promesses lorsqu’il a pris récemment ses fonctions de commissaire central de Kankan. Il a promis d’éteindre tous les foyers de stupéfiants dans la commune urbaine et ses environs.

Un des présumés dealers ainsi arrêtés, Sékouba Traoré, reconnait les faits. Mais, il fait remarquer que c’est sa maison, parmi tant d’autres maisons de vendeurs de drogue, qui a été ciblée. Maimouna Conté qui, dit-on, est sa concubine se dit blanche comme neige, même si elle reconnait que Sékouba Traoré vend la drogue. Ce couple sera jugé à Kankan, selon les autorités judiciaires de la ville.

Kankan est une ville dans laquelle on trouve beaucoup de fous. Certains pensent que c’est l’effet de la drogue, dans cette ville sainte, qui agit sur les gens. Un groupe de jeune, pour donner fière allure à Kankan, avait entamé une œuvre salutaire, celle de laver et de vêtir les fous qui peuplent les rues. Une initiative saluée à l’époque, mais qui s’est arrêtée parce que les initiateurs disent manquer de soutien

Malick Diakité pour alerteguinée à Kankan

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes