La situation insalubre de nos hôpitaux prend certainement sa source au Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique auprès duquel ils prennent l’exemple. C’est aujourd’hui l’un des plus insalubres sinon le plus insalubre de nos départements Ministériels. Ce ministère qui devait être le repère en matière de propreté et d’hygiène vous offre un visage peu reluisant avec une façade principale, des bureaux et des toilettes très loin de ceux d’un département qui s’occupe de la politique de santé et de l’hygiène de tout un pays.

C’est pourquoi, nous ne devons pas nous étonner et nous plaindre de l’insalubrité qui règne dans nos hôpitaux, centres et postes de santé publics. Ils suivent  l’exemple qui vient d’en haut et ne peuvent pas déroger à la règle. Nous savons que le Ministère de la santé n’a jamais été une priorité de notre Etat dans la répartition des budgets tout simplement parce que nos dirigeants sautent dans les avions pour aller se soigner à l’étranger avec l’argent des pauvres guinéens au moindre mal de doigt.

Le Ministère de la santé et de l’hygiène Publique peut, quand même, dans le peu qu’il reçoit, trouver le prix de balais et de savons pour nettoyer la devanture du bâtiment qui l’abrite et entretenir les toilettes. Il peut aussi y tirer le prix de la peinture

Dans ce département qui nous donne des conseils pour la lutte contre le Covid -19 (lavage des mains, distanciation etc) vous trouverez à l’entrée une insalubrité indescriptible dans laquelle sont installés les kits de lavage de mains baignant dans une boue noire de saletés.

A la réception qui ressemble souvent à un petit marché journalier, se bousculent de multitudes de personnes venues  chercher des autorisations de sortie de Conakry, la grande insalubre devenue l’épicentre du Coronavirus qui sème la désolation et la terreur sur la Guinée et sur le monde au moment où notre fameux ministre de l’assainissement s’occupe de campagne électorale.

A ces chercheurs d’autorisations de sortie qui y poirotent pendant des jours torpillés par une administration en parfait désordre pour ceux qui n’ont pas de bras longs, s’ajoute quelquefois une flopée de travailleurs du départements qui se bousculent pour retirer des denrées octroyées en cette période de carême et de Covid-19. On  y est très loin de la distanciation que nous conseille notre ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

Dans les bureaux vous êtes en face de travailleurs souvent envahis de personnes venues de tous horizons qui y défilent pendant plusieurs jours pour avoir la précieuse autorisation de sortie que les clandestins voyageurs obtiennent eux, à coût de quelques billets de banque auprès des agents chargés de contrôler les sorties de Conakry pour l’intérieur du pays. Ces travailleurs habités par la peur de contamination sont souvent hargneux et chassent les chercheurs d’autorisations de sortie avec mépris ou s’enferment à clefs dans leur bureau laissant des files d’attentes derrière les portes.

A observer de près l’insalubrité qui règne au sein de notre ministère de la Santé  l’on croirait difficilement aux conseils qu’il nous donne à longueur de journée pour la propreté et hygiène pour la lutte contre le Covid-19 en particulier et contre les autres maladies en général. Heureusement, l’OMS et les médias donnent eux aussi, les mêmes conseils, toutes choses qui contribuent à convaincre les sceptiques.

Par Mamady Cherif, pour couleurguinee