Actu

Guinée : Le poisson coute toujours cher en Guinée

single-image

Ce mardi 30 juillet 2019, lendemain de l’oral du ministre de la Pêche, nous avons sillonné certains marchés de Conakry. Le poisson « Sinapa » est vendu à 5000 fg l’unité, 3 à 10.000 fg. Le poisson Bologui, l’unité varie entre 15000 et 18000 francs guinéens. Le poisson appelé « Caisse caisse », lui se négocie entre 25000 et 35000 fg l’unité. Le prix se hisse parfois à hauteur de 60.000 fg. Le poisson appelé « Couta » coute entre 15000 et 20000 l’unité. C’est des prix pratiqués partout dans les marchés. Une famille guinéenne sur deux ne consomme pas régulièrement le poisson à Conakry. Dix famille sur quinze n’a pas les moyens d’acheter un poisson « caisse caisse » ou le « Couta ».

Mais, lors de son passage à l’oral, le ministre Frédéric Loua a précisé qu’au niveau de la pêche continentale et de la pisciculture, les efforts de développement dans ce sous-secteur se sont focalisés sur la construction de plusieurs infrastructures, notamment des marchés aux poissons, des débarcadères de pêche continentale, l’aménagement de mares, et les importations diverses de 30.000 alevins d’une espèce, 10.000 alevins d’une autre et 2.000 géniteurs de tilapia nilotica, dans le cadre de l’initiative présidentielle.

Le ministre Frédéric Loua rappelle que ces efforts ont permis de porter les campagnes d’évaluation des stocks halieutiques en estimant la biomasse et le potentiel exploitable des principales espèces avec un résultat de 395.000 tonnes pour l’année 2019, contre 109.000 tonnes en 2009. Il a aussi rappelé les projets de construction et d’équipement de points de débarquement à aménager, comme le port artisanal de Kaporo, estimé à 1 milliard 219 millions de yens, soit 11 millions de dollars US.

L’amélioration des conditions d’accostage et de débarquement pour la pêche artisanale maritime, la fourniture de 100 barques de pêche, sont des actions particulièrement profitables aux jeunes pêcheurs.

Il a dit que ces efforts ont considérablement augmenté l’offre en poisson qui passe de 13 kg à environ 24 kg par habitant et par an. Selon ce ministre, le Président Alpha Condé avait instruit et fourni tous les moyens nécessaires à l’organisation des états généraux du secteur des pêches en 2013, pour l’établissement d’un diagnostic, et une situation de référence pour des contraintes majeures d’identification de solutions pour l’amélioration de la gouvernance. Ilo dit qu’à la suite de ce travail, d’importantes décisions ont été prises pour une vision stratégique générale de gouvernance du secteur de surveillance des pêches, et de lutte contre la pêche INN en matière de coopération internationale.

En théorie, le secteur de la pèche guinéenne se porte comme un charme. Mais, dans le fonds, il y a anguille sous roche, disent des spécialistes du secteur.

Par Aissatou Alhassane Diallo pour couleurguinee

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes