News

Cosa : « Je demande aux forces de l’ordre d’arrêter de brutaliser les gens » conseille El Hadj Mamadou Saliou Diallo. Premier imam de la mosquée Diallo Oury, agressé le 14 janvier.

single-image

Le mardi 14 janvier, alors qu’il revenait de la maison mortuaire. Où il a présenté les condoléances suite à l’assassinat de feu Mamadou Sow, l’Imam de la Mosquée « Oury Diallo », El Hadj Mamadou Saliou Diallo a été brutalisé par un policier. L’image a fait le tour des réseaux sociaux. Et a déclenché une indignation de l’opinion.

Le mercredi 15 janvier, nous l’avons rencontré. Pour en savoir davantage ce qui s’était passé ce jour entre lui et ce policier. Quoique alité par cette agression, il a bien voulu répondre à nos questions

« Ce mardi 14 janvier 2020, quand nous avons appris la mort du jeune Mamadou Sow. Nous, les responsables de cette mosquée, nous avons décidé d’aller présenter les condoléances à la famille de la victime. Après avoir présenté les condoléances à la famille du défunt, sur le chemin du retour à nos domiciles, nous avons vu des policiers et un jeune taximan discuter. Je suis descendu de la voiture. Je leur ai demandé pourquoi ils discutent. C’est là qu’un policier de taille moyenne est venu me bousculer violement. Il a tordu mon bras et depuis mon bras droit me fais très mal. Il m’a brutalisé. J’ai compris que ces gens ne viennent pas pour nous sécuriser mais pour nous brutaliser. » a expliqué cet Imam.

Ce notable de 67 ans respecté par les fidèles de la mosquée où il officie les prières, dit qu’il se remet à Dieu qui est le juge suprême. Il dit qu’il ne compte ni porter plainte, ni protester. Parce qu’il est un homme de foi. Il invite cependant les agents des forces de l’ordre à être républicains et à arrêter de violenter les citoyens.

                                                                                                   Par Mamadou Yaya Bah pour couleurguinee        

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes