L’assemblée générale du parti Union des Forces Républicaines a été présidée par Bakary Goyo Zoumanigui. Les obsèques des victimes des récentes manifestations ont meublé les débats. Ibrahima Bangoura, le vice-président est revenu sur le cas des tueries.

« Hier, le fndc a enterré les dernières victimes. Ce que nous avons vu hier dépassait les erreurs que nous avons déjà vues ici dans ce pays. Moi, je ne pensais pas qu’on allait avoir à faire à des enfants de ces âges-là. Ce sont des enfants qu’on a tués, que nous avons enterrés hier. Nous ne pouvons pas continuer dans ce pays avec de tels agissements. Il faudrait que les gens se ressaisissent. Ces enfants qui sont morts, ce sont des enfants de la Guinée, ce sont des enfants qui étaient porteurs d’espoir pour eux-mêmes, pour leurs familles et pour leurs amis. Ces enfants-là, c’étaient des espoirs de notre pays. Pourquoi on tire sur les enfants-là. On ne peut pas passer là-dessus, il faudrait qu’on relève cela. Ces huit gosses sur qui on a tiré parce que tout simplement, ces enfants passaient peut-être, pour certains, ils passaient dans la rue, pour certains d’autres, ils étaient assis chez eux et comment cela se passe pour d’autres. On vient derrière, on leur tire dessus quand ils ont le dos tourné. Il faut dénoncer cela. Il faudrait que cela s’arrête » lance-t-il.

Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif du parti UFR a dénoncé les irrégularités constatées pendant les opérations de recensement. Selon lui, dans beaucoup de quartiers de certaines communes, les activités ont été arrêtées. C’est le cas de Ratoma, Matoto et Kaloum.

« L’élément principal d’une élection, c’est le recensement. Vous avez vu comment la CENI, en relation avec le pouvoir, l’administration du pays notamment avec les Préfets et les sous-préfets, ce qu’ils sont en train de faire, les machines à des endroits ne fonctionnent pas. Les récépissés à maints endroits, surtout dans les parties considérées zones favorables à l’opposition, il n’y a pas des récépissés, les fiches d’identification manquent » dénonce-t-il

De l’incendie chez Sidya Touré, il a été question. Ibrahima Bangoura a dit cet incendie est parti d’un groupe électrogène qui a atteint la case où on fait les prières. Il dit qu’il y a eu plus de peur que de mal.

                                                                                                                  Par Bailo Sow pour couleurguinee

 

Facebook Comments