Actu internationale

Guinée : L’univers des mots dans le jardin de Bilia.

single-image

Lancement ce vendredi à Conakry, au terrain du quartier Kaporo centre, Commune de Ratoma, de la 5è édition de l’univers des mots avec la présence de 200 participants venus de 17 pays. « Assainissement » est le thème de cet univers qui se tiendra du 14 au 23 Novembre 2019 à Conakry.

Ce festival initié à Conakry le 15 Novembre 2011, défend les écritures contemporaines en favorisant le déploiement du texte au plateau. Depuis des années, ce festival est devenu une plateforme de rencontre et de recherche sur les représentations contemporaines et incontournables en Afrique. Cette 5è édition s’inscrit dans une vision de faire dialoguer des écritures contemporaines et promouvoir ainsi la diversité de la nouvelle forme d’écriture en Afrique.

La Guinée est confrontée à des déchets sur les plages, dans les caniveaux et jusque dans les ménages qui au passage laisse des victimes. Pour sensibiliser les citoyens et attirer de plus l’attention des autorités sur ce phénomène qui prend de l’ampleur, les organisateurs de la 5è édition du festival ont choisi comme thème l’assainissement.  M. Bilia Bah, Directeur Général du festival Univers des mots dans son discours a exprimé sa satisfaction par rapport à l’ambiance sur le lancement et sur la continuité des activités. Il a expliqué le choix du thème de cette édition comme étant un message d’alerte « les ordures tuent depuis 2 ans des gens dans ce pays. Donc, il y a une urgence »

Une prestation artistique dirigée par l’artiste plasticien Éric Androa Mindrekolo de la RDC a ébloui les invités par le message que véhiculaient les artistes à travers des pas de danses et des imitations

Selon lui, « notre corps a aussi cette sensibilité qui peut nous aider à remettre de l’ordre là où il y en a pas. Pour remettre la propreté où il y a la saleté il faut d’abord tenir compte de la saleté, l’organiser pour mieux la gérer » dit l’hôte. « L’histoires des bananes dans la prestation c’est de nous rappeler que les déchets que nous produisons en un moment, nous n’avons pas envie de dormir là-dessus ni de manger à côté, il faut se rappeler que nous venons des déchets et nos corps sont comme des déchets donc il faudrait en tenir compte »   affirme-t-il.

  1. Sansy Kaba, initiateur de Conakry capitale mondiale du livre dans son discours a remercié et encouragé les organisateurs en ajoutant ceci « La Guinée s’apprête dans les années à venir à être Capitale Africaine du livre. Ouagadougou a le Cinéma. Bamako a la photographie, la Cote D’Ivoire a aujourd’hui la musique même le rire. Conakry veut le livre mais aussi l’écriture à cause de l’univers des mots qui est aujourd’hui très important pour l’agenda culturel Guinéen »

Par Mariam Diallo pour couleurguinee

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes