Mohamed Bangoura, le directeur de publication du site d’information Mosaïque guinée.com et Fodé Baldé, le chargé de communication du parti Union des Forces républicaines (UFR) étaient ce lundi au Tribunal de Première Instance de Kaloum. Pour la suite du procès qui les oppose au plaignant le Président Alpha Condé

L’audience de ce matin, était consacrée aux plaidoiries et aux réquisitions dirigées par la présidente du tribunal Hadja Mariama Doumbouya. Au prétoire, les belligérants : Ministère public, partie civile, défense ont croisé le fer.

Dès l’ouverture de l’audience, le procureur Sangaré remplacé par Abdoulaye Israël kpogoumou, a demandé à la présidente de l’audience, l’application stricte de la loi.

Pour sa part, la partie civile a accentué ses plaidoiries sur la mise à l’écart de la loi portant cyber sécurité.

« L’abandon de la loi sur la cyber sécurité au profit de la loi sur la liberté de presse n’est pas un revirement, mais plutôt, après débat on a su que l’infraction est commise par voie de presse. Donc en la matière, c’est la loi sur la liberté de la presse qui s’applique » a expliqué Maitre lancei 3 Doumbouya, précisant que ces faits sont punis par l’article 108 de la loi organique, concernant la liberté de la presse.

Ensuite il a demandé à la présidente de l’audience, de recevoir sa demande en condamnant Fodé Baladé et Mohamed Bangoura au paiement d’un franc symbolique et l’insertion de la décision dans un journal légal.

De là, vient le tour des avocats de la défense, maitre Mohamed Traoré, à l’entame de ses propos, a demandé à la cour, sur quel loi ses clients sont poursuivis. Mais, finalement il est resté sur sa faim.

L’ancien bâtonnier a relevé la question de la loi sur la cyber sécurité qui démontre, après des investigations, que cette loi n’est pas applicable, car elle n’a pas été publiée dans le journal officiel. Selon lui, l’article 3 et 4 du code civil, stipule que la promulgation d’une loi permet son officialisation. Sa publication lui confère son application.

Après plusieurs heures d’interventions entre les deux parties, la présidente de l’audience Hadja Mariam Doumbouya a renvoyé l’affaire au 17 septembre pour la decision du tribunal

A ajouter que les militants de l’UFR massivement venus soutenir Fodé Baldé, scandaient des slogans hostiles au 3ème mandat.

                                                                                                      Par Kadiatou Chérif Baldé pour couleurguinee 

Facebook Comments