Actu

Guinée : Querelles par voie de presse entre les camarades du Slecg !

single-image

Des syndicalistes ont signé hier mardi un accord de sortie de crise avec le gouvernement. Parmi les structures syndicales présentes figurent Oumar Tounkara, Mohamed Bangoura dit Roméo exclus du Slecg version Aboubacar Soumah qui a refusé de prendre part à cette rencontre.

Le SLECG version Kadiatou Bah et autres structures syndicales, ont pris part à ce rendez-vous. Ce qui a amené Aboubacar Soumah et ses proches à bouder la rencontre.

À l’issue de cette rencontre nocturne, ils ont obtenu un certain nombre d’accord relatifs à la revalorisation des primes.  Les enseignants ont eu une prime jugée consistante qui varie selon les zones de 400 mille à 1 million 300 mille francs guinéens.

Amara Mansa Doumbouya, responsable de la communication du slecg invité dans une radio de la place ce matin a affirmé que les participants à cette négociation sont partis à leur nom et qu’ils n’engagent point le slecg.

« Le contenu associé à notre plateforme revendicative est clair. Mais, Pourquoi essayer de nous dérouter de notre objectif ? Nous parlons de la revalorisation du salaire indiciaire, c’est de ça qu’il s’agit. Aujourd’hui au-delà du bonus qu’on nous a donné gratuitement, le combat continue, la grève continue. Les enseignants ne sont pas prêts à accepter ce qui est obtenu par des gens qui ne nous représentent point. Romeo et Tounkara exclus du slecg, ces syndicats qui sont allés à la négociation sont des « contre-poids » contre l’incorruptible Aboubacar soumah ».

Oumar Tounkara à son tour joint au téléphone a affirmé que Monsieur Doumbouya est comptable de ses propos et pense qu’il soit revalorisations des primes ou l’indice salarial, l’essentiel est qu’il y ait une augmentation. « Quel que soit le nom qu’on va donner à l’augmentation, qu’on l’appelle prime, indemnité, émolument, gratification ou bonification, c’est une augmentation. Ce qu’il dit est vrai, L’augmentation sur l’indice est très importante mais tout se négocie autour de la table. Les négociations ne font que commencer, nous devons négocier sur le salaire indiciaire, négocier pour la valorisation des primes avant fin février 2020 » a-t-il répliqué.

Oumar Tounkara affirme avoir signé ces accords au nom du slecg auquel il « appartient » et à l’ensemble des enseignants qui l’ont élu donc dit-il pas au nom de Aboubacar Soumah. « Partout où les intérêts des enseignants doivent être défendus, je serai jusqu’en fin de mandat parce que la politique de la chaise vide ne me paraît pas être la bonne. On ne pouvait être absent et imposer son désidérata » martèle-t-il

Amara Mansa Doumbouya pense  que Oumar Tounkara n’avait pas à participer à ces négociations et qu’il a été exclu sur la base de l’article 36 du règlement intérieur du slecg: « Les normes voudraient qu’on respecte les textes et règlements d’une structure syndicale. Aujourd’hui, il a été exclu selon l’article 36 de notre règlement intérieur. Moi, je crois que ce n’était pas bien pour lui de partir là-bas, il devait respecter les dispositions du règlement ».

                                                                                     Par Bailo Sow pour couleurguinee

 

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes