La travailleuse domestique victime de violences physiques perpétrée par un jeune mandaté par une ménagère est sous soins. Le fait s’est passé au quartier Sangoyah dans la commune de Matoto.

Ce lundi Adjudant-Chef Bernard Tenguiano commandant de la brigade spéciale de protection des personnes vulnérables de la Belle vue a confirmé que la dame est en détention. Le jeune qui a brutalisé «  la bonne » est activement recherché

« Quand ils nous ont rapporté les faits comme quoi, il y a une travailleuse domestique qui a été victime de tortures à travers un fer à repasser, on s’est saisi du dossier, on a monté une équipe d’enquêteurs qui s’est rendue sur le terrain et qui a réussi à interpeller la patronne. On l’a amenée et entendue sur les faits. Elle déclare que tout est parti d’un vol qu’elle reproche à cette fille qui aurait volé un montant de 8 millions de francs guinéens plus un téléphone IPhone. Selon ses dires,  elle a  appelé un voisin et c’est ce jeune qui aurait agi sous ses instructions » a-t-il relaté.

La procédure a été ouverte ce lundi par le Tribunal de première instance de Mafanco.

« On ne peut pas continuer à garder cette procédure. Ce matin, si tout va bien, on va déposer la procédure à Monsieur le procureur. Le temps pour nous d’interpeller le jeune aussi qui est dans les liens de la culpabilité par rapport à ce fait là » ajoute-t-il

Madame Asmaou Doukouré, la secrétaire générale du syndicat  national des travailleurs domestiques qui s’occupe effectivement de la prise en charge sanitaire de cette fille dira  simplement qu’elle va beaucoup mieux.

« Nous sommes partis à l’hôpital Ignace Deen, le professeur Hassane s’est occupé d’elle. Il nous a recommandé la traumatologie. C’est là-bas qu’ils ont fait les pansements. Nous avons rendez-vous ce matin encore, mais ça va maintenant, elle dort » explique-t-elle

Elle revient sur les circonstances dans lesquelles sa structure a été alertée

« Nous, on a appris à travers la famille de la fille. Et nous sommes partis chercher là où elle travaille. Nous avons voulu parler avec sa patronne, mais cette dernière n’était pas favorable. Et par la suite, on l’a dénoncé à la gendarmerie qui s’occupe de la protection des femmes et enfants vulnérables » dit-elle

Par ailleurs elle témoigne que sa structure a résolu beaucoup de problèmes concernant les travailleurs domestiques mais dit-elle cette torture est atypique.

« Moi je n’avais jamais vu ni entendu qu’une personne a été repassée. C’est la première fois qu’on a vu un cas pareil » s’indigne t-elle.

Pour rappel, cette fille travaillait chez la dame depuis janvier 2020. Il est à faire remarquer que plusieurs autres travailleuses domestiques subissent beaucoup de maltraitances dans leur lieu travail. Mais elles préfèrent se taire par crainte de représailles.