Le festival des arts et du rire de Labé prévu du 15 au 20 avril a été reporté à cause de la crise sanitaire Covid-19 qui sévit actuellement en Guinée. Ce qui montre une fois de plus qu’aucune activité n’est épargnée à ce jour par cette pandémie.

Ce samedi 4 Avril Mamadou Thug, le directeur de ce festival est revenu sur ce report « l’Etat d’urgence sanitaire décrété par le Président de la République et le communiqué du ministère de la culture conformément à cet état d’urgence sont les deux raisons de ce report» affirme t-il.

Plusieurs comédiens étrangers étaient attendus à ce festival, « il y a quelques uns qui nous ont même amené des vidéos et des lettres de confirmations tels que le magnifique Mala Adamo de la Côte d’Ivoire, le haut caméléon du Sénégal, ATT du Mali, Sidiki et Souké du Burkina, Gène mondial du Bénin, voilà  grosso modo les artistes étrangers qui devraient se rendre cette année à Labé.

<<Nous ne pouvons faire ce que nous voulons qu’avec ce que l’on a>> a dit cet humoriste. Il dit aussi être à la bataille pour la sensibilisation contre le Covid-19, bien avant que ce report n’intervienne « Déjà depuis le 12 mars nous nous sommes engagés dans les différentes sensibilisations. Nous faisons des vidéos à travers nos artistes comédiens par rapport aux gestes barrières que nous diffusons sur les réseaux sociaux et qui atteignent aujourd’hui près de 100.000 personnes et 50.000 vues » a-t-il dit.

Mamadou Thug a saisi l’occasion pour lancer un appel aux citoyens qui profitent de la venue de cette maladie « il ne faut pas que nous attendons qu’il y ait crise pour monter les prix. Par exemple aujourd’hui les bactigèls, les seaux de lavage des mains, les thermo-flashs et tout ce qui est susceptible d’être utile pour prévenir cette maladie a vu son prix grimpé de façon exponentielle, parce qu’il n’y a pas cette solidarité dans ce pays » regrette-il.

L’Etat aussi se doit d’accompagner les citoyens pendant cette crise. A-t-il sollicité.

Ce report a engendré des pertes dit Mamadou Thug «Depuis l’administration à la réservation et jusqu’à cette 1ère phase de communication du festival on a dépensé aux alentours de 30 millions de francs guinéens. Nous avons démarré une communication, nous imprimons les dossiers du spectacle, nous passons des coups de fil et ça demande de l’argent et l’autre chose c’est le fait de réserver le lieu du spectacle et faire la communication, pour informer les gens. Cela représente de l’argent et beaucoup d’argent même »estime-t-il.

Malgré ce report ce directeur du festival des arts et du rire de Labé ne désespère pas. Il compte le faire une fois que cette pandémie quittera nos  murs. A-t-il conclut.

Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinée