Lors d’un colloque qu’il a organisé ce lundi 28 septembre 2020 en France, le Collectif pour la transition en Guinée (CTG) a partagé ses pistes de solutions sur la situation sociopolitique du pays. Il a été question pour le collectif de débattre sur la nécessité d’une transition en Guinée, et de surcroît le report des élections.

Pour Ibrahima Sorel Keita, le président du collectif, le combat de l’alternance doit être conditionné par la mise en place d’une transition. « La transition, c’est un moment, une pause qu’on se donne pour régler les problèmes les plus urgents, assainir la situation politique, permettre que les élections aient lieu dans des conditions crédibles, transparentes ou apaisées », a-t-il précisé.

« Car, a poursuivi M. Keita, nous pensons que si l’élection a lieu ça confortera Alpha Condé dans son agenda, parce que le fichier est corrompu. On a tous les jours des retours depuis la villa 33 où une espèce de structures occultes serait à l’œuvre pour essayer d’installer leur propre fichier », ajoutant que même si le président Alpha Condé perd les élections, le pays risquerait d’être ingouvernable à cause de l’absence d’institutions crédibles et le caractère non inclusif des élections. D’où la nécessité de mettre en place une transition.

Pour cela, il a appelle à une insurrection civile et citoyenne. Une « insurrection ne veut pas dire la violence, ça veut dire que le peuple se lève comme un seul homme et descend dans la rue pour dire non à ce régime. Cela veut dire que personne ne va travailler (…) Créer une situation qui est telle qu’Alpha Condé sent cette pression », invitant les forces de défense et de sécurité à se ranger du côté du peuple.

Pour M. Keita, si l’élection présidentielle se tient à la date prévue, le 18 octobre prochain, cela ne doit pas signifier que le combat contre le régime du président Alpha Condé est perdu.  « Si l’optique des urnes est la dernière option, mais c’est l’une des possibilités. Donc, nous pensons qu’à partir du moment où nous n’obtenons pas la transition, il faut voter pour le candidat qui est capable de battre Alpha Condé, en l’occurrence Monsieur Dalein », le candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Par Hawa Bah