C’est un véritable coup de tonnerre pour les transporteurs de la préfecture de Mandiana. Les deux principales routes qui relient la commune urbaine à la plupart des sous-préfectures, sont coupées. Après l’effondrement d’un pont dans le district de Loïla, reliant les sous-préfectures de Koundjan, Kiniéran, Dialokoro à la commune urbaine, la semaine dernière, c’est une autre route, reliant les sous-préfectures de Faralakö, Mörödou, Koundjanakörö et Balandouba, qui vient d’être coupée de la commune urbaine.

C’est dans le district Franceila, relevant de la sous préfecture de Faralakö, située à 7 Km de la commune urbaine de Mandiana, qu’une file indienne de gros porteurs est visible, dans la matinée de ce lundi, 15 juin 2020. C’est une dalle qui a cédé sous le poids des engins roulants, depuis trois jours. Sur les lieux, plus de vingt véhicules stationnés. Les chauffeurs ont du mal à faire passer trois véhicules par jours. Ils ont transporté des cailloux afin de se frayer un chemin. Aboubacar Doumbouya, un des chauffeurs, dit que cette solution a créé un rififi entre eux « Pour temporairement gérer la situation, les chauffeurs se sont concertés et chacun a donné 30.000 fg afin de transporter les cailloux pour faire une déviation. Cela a créé de sérieuses disputes entre nous, parce qu’il y a eu des chauffeurs qui ont refusé de payer et voulaient passer en premier » A-t-il dit.

Selon le président du district Franceila, Souleymane Diakité, chaque année, le trafic sur cette route, qui relie pas moins de cinq sous-préfectures de Mandiana, est interrompu « Nous avons beaucoup investi sur cette route, mais c’est tout dernièrement, qu’une société de la place a financé à hauteur de 100 millions de nos francs la construction d’un pont. Cette construction a pris fin. On attend le délai de 21 jours donné par l’entrepreneur pour commencer le trafic » A-t-il dit.

Le tronçon Faralakö, Mörödou, Koundjanakörö et Balandouba est plus utilisé de nos jours par les transporteurs pour se rendre dans les autres sous-préfectures, depuis l’effondrement d’un pont à Koundjan. En attendant une action des autorités en charge des infrastructures routières, les usagers des deux routes de la préfecture de Mandiana, sont livrés à leur triste sort.

Par Mariama Tata Diallo pour couleurguinee.info