Après les attaques par voie de presse, Sékouba Savané, le Directeur général de la Radiodiffusion Télévision Guinée (RTG) et le staff des présentateurs ne conjuguent plus le même verbe. Ce mardi, le DG s’est longuement expliqué chez nos confrères des “GG”. Il a expliqué tout le problème et parle de manipulation de l’opinion par ces journalistes. Il soutient que contrairement à ce que ceux-ci disent, aucun départ des “anciens” présentateurs n’est à l’ordre du jour. Peu après l’émission, le collectif a rendu publique une déclaration réponse aux propos dans les “GG”

Le Collectif des présentateurs du Journal Télévisé (JT) de la Radio Télévision Guinéenne (RTG) a à travers cette déclaration dit prendre acte de la déclaration du DG Sékouba Savané dans les réformes préconisées au sein de la RTG. Le collectif dit qu’il tient à préciser qu’il n’est pas opposé à ses réformes, il n’a aucune envie de faire des outrages à son égard, et soutient que le 20h30 n’est pas une propriété privée. Et étant professionnel le collectif reproche plutôt la façon tout en rappelant que le poste qu’il occupe a été déjà occupé et le sera par d’autres après lui.

Plus loin Il soutient qu’il y a des non-dits dans cette affaire. Il dénonce une ethno-stratégie à la RTG et fait remarquer que ce sieur depuis sa nomination ne dirige l’entreprise que sur la base du communautarisme.

Le collectif révèle aussi que plusieurs d’entre eux ont souvent été écartés volontairement ou involontairement du JT. Le cas de Medoune Konaté qui a demandé une autorisation d’absence pour quelques mois en est selon eux une parfaite illustration.

Le mode vestimentaire étant coercitif aux présentateurs ou présentatrices de JT à la RTG, le collectif fait savoir que c’est eux qui assument sur ce plan. Pour eux croire que 500.000 francs guinéens peuvent leur permettre de se vêtir c’est mal connaître les réalités du marché des vêtements.

Le Collectif a dans cette même déclaration exprimé sa volonté de côtoyer ceux qu’il appelle vedettes du 20 heures 30 comme Yamoussa Sidibé, Marie Louise Sanoussi, Ibrahima Ahmed Barry, Maciré Camara ou encore Fanta Oularé.

Le collectif réitère qu’il n’a rien contre la personne de Sékouba Savané. Il veut juste qu’il prenne conscience que ce genre d’attitude dans une entreprise n’encourage pas le personnel.

Il signale que des jeunes stagiaires que le DG veut bombarder Présentateurs de la grande édition viennent d’autres rédactions, pendant que d’autres parmi les reporters du JT, nourrissent ce rêve depuis leur arrivée dans la salle de rédaction, ils sont aussi compétents pour faire ce travail estime-t-il.

Enfin le collectif espère que Monsieur Savané changera d’avis et rectifiera le tir. A défaut, qu’il assume sa position et s’engage sur ce qu’il décide seul contre tous ses proches collaborateurs ont-ils menacé.

Une synthèse faite par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info